Marchés

L’abattoir de Gad à Josselin toujours bloqué

|

Les salariés de l’abattoir de Gad, à Lampaul-Guimiliau (Finistère), qui a été fermé la semaine dernière, bloquent le site de Jousselin.  

Les salariés de Gad restent déterminés. La cinquantaine d’employés de Lampaul-Guimiliau (Finistère) est arrivée hier matin à l'abattoir de Jousselin pour manifester. La société Gad a choisi de concentrer ses activités sur ce site après la fermeture de Lampaul, le plan de continuation ayant été accepté vendredi 11 octobre par le tribunal de commerce de Rennes.

Hier, des heurts ont eu lieu entre les manifestants et des salariés du site de Josselin, qui ont forcé le barrage afin laisser passer les camions. Une quinzaine de cars de CRS sont arrivés cette nuit, prêts à intervenir alors que les salariés finistériens empêchaient toute sortie de véhicules de l'usine.

Ce même jour, la direction a reconnu la direction de Gad a indiqué avoir fait appel à des salariés étrangers pour assurer le transfert d'une partie des activités de Lampaul vers Josselin

 De meilleures indemnités

Les salariés du site sacrifié réclament de meilleures indemnités de licenciement. Une rencontre avec la direction de Gad est prévue mardi aujourd'hui à la préfecture du Finistère, à Quimper, a indiqué le délégué FO de Gad, Olivier Le Bras, lui-même salarié de Lampaul. "On veut que des représentants de la Cecab soient présents à cette réunion" a souligné Olivier Le Bras . La Cecab, coopérative agricole bretonne, est l'actionnaire majoritaire (65%) de la société Gad, en redressement judiciaire depuis le mois de février.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter