L’accord financier du groupe Financière Turenne Lafayette est validé

|

La maison mère de William Saurin, Madrange et Garbit va pouvoir poursuivre ses activités. Vendredi 20 janvier 2017, le secrétaire d’Etat à l’industrie a annoncé la signature d’un accord financier entre le groupe, ses banques et l’Etat.

Le Campagne Cuisiné à l’Os de Madrange

Le tribunal de commerce de Paris, par un jugement en date du 18 janvier 2017, a validé l’accord financier qui permet donc aux différentes sociétés du groupe Financière Turenne Lafayette de poursuivre ses activités. L’accord porte sur un apport de 66 M€ de liquidités sous formes de prêt et le gel de l’ensemble des échéances des dettes financières du groupe pendant un an.

Dans le cadre du fonds de développement économique et social (FDES), l’Etat contribue à hauteur de 13 M€. La différence est apportée par les banques historiques du groupe, mobilisées par l’Etat dès le mois de décembre

Après le décès de Monique Piffaut le 2 décembre 2017, Bercy avait déclenché un audit financier du groupe Financière Turenne Lafayette qui compte 3000 salariés répartis sur 21 sites industriels. Les premières conclusions  de l’audit toujours en cours ont révélé une présentation trompeuse des comptes depuis plusieurs années dans le but d’obtenir de nouvelles  lignes de crédit auprès des banques.

Une enquête préliminaire, ouverte par le Parquet de Paris, a été confiée  à la brigade financière dans le but de déterminer l’ampleur de la fraude et les responsabilités. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter