Marchés

L'agonie du magnétoscope se prolonge

Enterré depuis l'avènement du DVD, le magnétoscope résiste pourtant très bien. En supprimant presque toute communication et en réduisant leurs linéaires, fabricants et distributeurs vont peut-être plus vite que la musique.

D'abord, il y a les faits. Irréfutables. Définitivement démodé par le DVD, dont le succès se confirme un peu plus chaque jour, le magnétoscope VHS décline. Notamment en termes de prix, avec un tarif moyen en baisse de 14 % sur l'année 2000, et une diminution en valeur de 19 % sur le bimestre juin-juillet 2001 (voir LSA no1734). Côté software, le phénomène est encore plus frappant. Les ventes de DVD représentent désormais un chiffre d'affaires plus important que celui des cassettes VHS enregistrées (voir LSA no1718 et no1745), malgré un parc installé de lecteurs infiniment plus réduit.

Deux observations amènent à tempérer le pessimisme ambiant. Tout d'abord, il faut noter que si l'année 2000 a vu les ventes de lecteurs DVD atteindre un niveau record (830 000 pièces), il en a été de même pour les magnétoscopes (ci-dessus). Le marché est donc loin d'être moribond, et l'institut GfK prévoit bien une baisse des volumes en 2001, mais une baisse légère. Par ailleurs, force est de constater qu'il n'existe encore aucun appareil offrant une alternative réelle au magnétoscope. Le DVD enregistreur arrive, certes, mais à des niveaux de prix sans comparaison. Et, surtout, il soufre aujourd'hui du même mal que le magnétoscope à sa naissance, à savoir la coexistence de trois standards concurrents et incompatibles. Quant au PVR (personal video recorder), qui enregistre sur un disque dur, il n'en est encore qu'à ses balbutiements.

La qualité numérique

S'il ne fait plus rêver, le magnétoscope n'est donc pas mort, et il convient de lui prêter encore un peu d'attention. Certains fabricants l'ont compris et jouent le design ou la petite fonction qui fait la différence. Mais le plus en pointe reste JVC, pionnier et inventeur du format VHS. Comme Pioneer l'a fait avec le LaserDisc, JVC ne renonce pas et développe encore son standard. Avec notamment une offre de magnétoscopes D-VHS qui permet d'enregistrer en qualité numérique (sur une cassette spéciale) tout en restant compatible avec le VHS et le S-VHS. Ou encore le HR-DVS2, authentique table de montage bistandard capable de lire les cassettes S-VHS, mais aussi les cassettes DV des caméscopes numériques.

Un ultime baroud d'honneur ? Possible. Mais pas encore un combat d'arrière-garde, si l'on en croit Claude Floch, directeur marketing de l'institut d'études GfK, qui notait au terme de l'année 2000 : « Il ne faut pas enterrer le magnétoscope aujourd'hui. Certains distributeurs l'ont presque éliminé de leurs linéaires, et, à mon avis, c'est une erreur ! »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter