[Edito] L'air du temps

Sylvie Leboulenger

C’était il y a presque un an. Le gouvernement annonçait le premier confinement et la fermeture quasi immédiate des bars et restaurants. Rapidement, France Boissons, distributeur de boissons pour le CHR, très vite rejoint par ses concurrents, C10 et Distriboissons, prenait les choses en main pour soutenir ce circuit, groggy par cette annonce. Cette filiale du groupe Heineken a créé la plate-forme J’aime mon bistrot : les consommateurs pouvaient y précommander une boisson et la plate-forme abondait d’autant, grâce au ticket d’entrée payé par les 80 fournisseurs participant à cette opération. Les fonds récoltés (1,6 M €) ont permis de soutenir 7 000 établissements. Une belle démarche suivie de bien d’autres, plus individuelles que collectives. Comme autant de signes de l’élan de solidarité des acteurs des boissons envers ce circuit, victime frontale de la pandémie.

LSA a souhaité revenir sur cette solidarité qui a uni industriels des boissons et CHR (lire p. 10 à 13) en 2020 et les unira encore au moment de la réouverture. C’est la première fois dans l’histoire de nos hors-séries que nous parlons autant du « hors-do ». Mais pas une dernière, car la créativité des fabricants dans ce circuit aux multiples facettes, là où est souvent testée la pertinence de nouvelles recettes, de nouveaux emballages et de nouveaux cocktails, rejaillit forcément dans les magasins.

C’est aussi dans les bars que naissent les tendances. Ainsi des hard seltzers aux états-Unis. Ces boissons pétillantes et peu caloriques vont tenter cette année leur chance en France tant dans le CHR (quand il rouvrira) que dans les magasins (p. 44). Reste à savoir dans quel rayon le consommateur aura le plus de chance de les trouver… C’est dans les bars encore que certains gins ont montré en premier leur robe rose. Une couleur qui symbolise la séduction et le romantisme et qui participe à la valorisation de cette petite catégorie (p. 42). La marque Schweppes suit de près cette mode : elle a créé un tonic, lui aussi rose, pour participer à cette « rosemania » (p. 18). Normal, le gin tonic fait partie des cocktails tendance.

Nous avons aussi rencontré les patrons de Coca-Cola France, qui bichonne les marques de Coca-Cola, et Coca-Cola European Partners France, qui les fabrique et les distribue (p. 6 à 8). Leur réaction pragmatique et efficace à la pandémie a redonné le sourire à la signature Coca-Cola. Une partie du parcours de ces deux patrons s’est déroulée en Asie, une région du monde habituée aux épidémies. Le Sras de 2003 y a laissé quelques habitudes de consommation. à l’époque, le sigle RSE n’existait pas. Il est aujourd’hui de toutes les démarches. Vous le verrez tout au long de ce premier hors-série LSA de 2021 que nos équipes ont fait évoluer afin qu’il s’inscrive encore plus dans l’air du temps.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2641

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message