L'Allemand Obi en quête de partenaire

En décembre dernier encore, Karl Erivan Haub, patron et actionnaire de Tengelmann (la famille Haub détient 62,6 % du groupe), assurait que la chaîne bricolage du groupe, Obi, parviendrait - par ses propres forces - à croître de 20 % par an.

Moins d'un an plus tard, c'est le même Karl Erivan Haub qui annonce être à la recherche d'une alliance stratégique pour Obi, laquelle pourrait le cas échéant se traduire par la perte de contrôle sur les décisions du groupe. En Allemagne, on spécule désormais sur une reprise des négociations Obi-Castorama/Kingfisher, qui avaient échoué il y a deux ans. Mais les noms de l'Américain Lowe's, numéro deux mondial derrière Home Depot, et des Français Leroy Merlin, Bricorama et Bricomarché reviennent avec le plus d'insistance.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 0025

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA