L’Angleterre, le pays où l’innovation est « reine »

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Entre le boum des produits « sans », la tendance aux mélanges de saveurs originales et sophistiquées et toujours la quête de produits plus nutritionnellement corrects, le marché britannique fait toujours preuve d’audace en matière d’innovation alimentaire.

L’audace et de la créativité au menu. Outre-Manche, la culture de ­l’innova­tion, en alimentaire comme dans la plupart des domaines, reste un ancrage fort. « Nous avons introduit 20% de nouveaux produits cette année, confie un porte-parole de Mark & Spencer. Pas moins de 35 développeurs parcourent le monde pour découvrir de nouveaux produits excitants. » Les clients de M & S ont ainsi pu découvrir l’an dernier l’achacha, un fruit tropical bolivien, ainsi que la pomme tiddly, la plus petite au monde. Au-delà, les distributeurs britanniques surfent sur des tendances bien affirmées : « Ces cinq dernières années, les produits free from (sans gluten, sans lactose…) ont constitué une énorme plate-forme d’innovation, explique Yannick Troalen, consultant en tendances et innovations au sein du cabinet d’études Mintel. Le rapport avec la France est de un à dix. Ainsi les produits sans gluten s’établissent entre 220 à 230 millions de livres [entre 300 et 308 M €, NDLR] sur le marché anglais, contre 50 M € dont 28 M € en 2013 en GMS en France. » Au total, le marché du free from a dépassé les 500 M £ en 2014 au Royaume-Uni, selon la revue The Grocer, avec un bond de 21,2% en valeur et de 15,4% en volume.

Solutions de remplacement

Il faut dire que cette tendance continue de gagner de nouvelles catégories, à l’image du frais. En témoigne le succès d’Alpro. La marque, qui propose à la fois du lait d’amande, du lait de soja, du lait de riz ou de noisette, a enregistré +20,3% de ventes en un an, à 103,6 M £ et s’octroie désormais outre-Manche la troisième place des marques de produits laitiers. Déjà fortement implantée dans le segment des alternatives au lait, Almond Dream a lancé à l’automne 2014 quatre parfums de glace sans lactose et sans gluten : « L’introduction des saveurs chocolat à la menthe, caramel salé, praliné et vanille veloutée est susceptible d’offrir un véritable élément de différenciation dans un marché encore dominé par des desserts à forte teneur calorique », estime un expert de la distribution. Les solutions de remplacement aux yaourts tradi­tionnels se multiplient, à l’image de Co Yo, une marque de yaourts au lait de coco, développée par deux Australiens.

La tendance free from s’est aussi invitée dans le snacking. Dans le giron du groupe américain Boulders, la marque Udi’s a déboulé sur le marché britannique fin 2013 avec 19 références dont des bagels, des cookies mais aussi des barres de céréales : « Ces produits s’inscrivent de plus en plus dans une tendance gourmande, note Yannick Troalen, et c’est important si vous voulez vous attaquer au marché plus large des consommateurs qui achètent des aliments sans gluten pour des raisons liées au mode de vie. » Ce souci de bien-être et de santé s’est d’ailleurs propagé aux aliments accompagnant une activité sportive : « Les aliments fonctionnels et liés à la nutrition tendent à devenir un marché très large et se déclinent souvent sous la forme de produits ordinaires, dotés d’un supplément de protéines » poursuit le fondateur du MIH Centre. La marque américaine Lenny & Larry’s a ainsi lancé récemment sur le marché britannique les « Muscle Brownies », des gâteaux contenant 20 grammes de protéines et destinés à aider à la construction de la masse musculaire.

Autre tendance forte : celle de la combinaison inédite de saveurs et de produits : « Le mash up [association, NDLR] s’est fort développé outre-Manche et cette tendance ne va pas se démentir en 2015 », confirme Sara Grady, analyste au sein du cabinet d’études Verdict. Le consommateur plus jeune et plus apte à l’expérimentation étant la cible principale. La marque de bières Dead Crow a ainsi imaginé des boissons à base de rhum et de bourbon, tandis que Red Eye Louie’s a créé Vodquila, un mélange de vodka et de tequila.

Le spiritueux revisité

La mode des spirited foods, ou produits à base de liqueur, a également pris son essor de l’autre côté de la Manche : grâce aux Bloody Mary Baked Beans, Tesco associe désormais la célèbre boisson alcoolisée à ses haricots en sauce, plat traditionnel britannique. Durant la période des fêtes de fin d’année, M&S a aussi développé toute une gamme de cocktails dont les goûts s’inspirent, cette fois, de desserts. Un succès : 23 000 bouteilles du Christmas Cake Liqueur ont disparu des rayonnages ! Le manger sain reste enfin prédominant dans les nouvelles mises sur le marché : « Les produits sont souvent reformulés de manière à améliorer les bénéfices nutritionnels, ce qui constitue un vrai moteur d’innovation, indique James Walton, économiste en chef au sein de l’IGD. Cela suppose de réduire le contenu en sucre, en sel ou encore en gras trans au sein de certaines gammes. » Heinz a ainsi diminué la teneur en sucre et en sel de ses marques traditionnelles de soupes et de ketchups. Signe que l’innovation outre-Manche peut aussi trouver ses racines dans des produits traditionnels.

Le « Free From » est un relais fort d’innovation outre-Manche depuis déjà de nombreuses années. Elle touche désormais de nombreuses catégories y compris le frais, avec notamment les boissons végétales Alpro ou le snacking, à l’image de la gamme sans gluten Udi’s composée de 19 références dont des bagels, des cookies mais aussi des barres de céréales.

Le « Mash UP », qui consiste à associer des saveurs inédites et excentriques afin de séduire un public jeune à l’esprit aventureux a été une tendance forte en 2014. Elle le restera en 2015. Elle est illustrée notamment par la marque de bières Dead Crow, qui lancé des boissons à base de rhum et de bourbon, ou encore par Red Eye Louie’s et sa Voquila, mélange de vodka et de tequila.

La « Spirited Food », illustrée par le Christmas Cake Liqueur de Marks & Spencer – une liqueur à la saveur de gâteaux de Noël – constitue une manière d’associer des produits traditionnels à des liqueurs. Dans un sens comme dans l’autre : Tesco a ainsi choisi d’associer le plat traditionnel britannique des haricots à la sauce tomate au bloody mary.

  • 175 Mrds £ Le poids des ventes au détail de l’industrie alimentaire et boissons outre-Manche (234 Mrds €)
  • 203 Mrds £ (271 Mrds €) Le poids estimé d’ici à 2019 (+ 16%)
  • 1,1 Mrd £ (1,4 Mrd €) Le montant investi chaque année dans la R & D, ce qui représente 17 % de la production industrielle outre-Manche, ou 86 Mrds £ (115 Mrds €)

Source : IGD

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2355

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA