L'Ania "salue la volonté du ministre de l'Economie de stopper la guerre des prix"

|

Au lendemain de la prise de position d'Emmanuel Macron sur les négociations commerciales 2016, l'Ania salue la volonté du ministre de l'Economie de vouloir stopper la guerre des prix dans la grande distribution. Sans "vouloir signer de chèque en blanc" , elle pourrait formaliser un "partenariat ambitieux"  avec les distributeurs. Si les demande de compensation de marges cessent...

Le président de l'Ania prêt à un partenariat ambitieux, mais il ne veut pas signer de chèque en blanc
Le président de l'Ania prêt à un partenariat ambitieux, mais il ne veut pas signer de chèque en blanc© ©PERENOM Luc
Suite à l’intervention d’Emmanuel MACRON, ministre de l’économie, lors du colloque sur les négociations commerciales organisé par LSA le 07 octobre 2015, l’ANIA tient à "saluer la volonté du ministre de stopper la guerre des prix dans la grande distribution" et "accueille positivement la création d’une mission d’évaluation des négociations commerciales entre distributeurs et fournisseurs".
 
L'association des industries alimentaires est satisfaite qu' Emmanuel Macron aitappelé les enseignes de la grande distribution à la responsabilité en indiquant qu’il n’hésiterait pas à user de son pouvoir contentieux face au non-respect de la loi et en annonçant la création d’une mission d’évaluation des relations commerciales. « Je tiens à saluer la volonté d’Emmanuel Macron de veiller au bon équilibre des relations commerciales afin de stopper la guerre des prix qui détruit de la valeur dans toute la filière agroalimentaire. Je salue particulièrement la décision du ministre de l’économie de créer une mission pour évaluer les négociations commerciales entre distributeurs et fournisseurs, décision que nous attendions pour porter un regard partagé et constructif sur la situation. » déclare Jean-Philippe Girard, Président de l’Ania dans un communiqué. 
 
"Les demandes abusives de compensation de marges doivent cesser"
 
Les industriels sont également satisfaits de l’attention portée par le ministre de l’économie au bon équilibre des prochaines négociations commerciales : les sanctions doivent évidemment être dissuasives pour éviter le passage à l’acte. Les fournisseurs n’ont aucun intérêt économique à ce que leurs clients paient des amendes. C’est la raison pour laquelle, l’ANIA appelle chaque acteur, enseignes et industriels, à sécuriser ses relations commerciales. Afin d’apporter une offre variée, de qualité, pérenne et répondant aux attentes des consommateurs, il est nécessaire de reconstruire une relation de travail apaisée avec nos partenaires de la distribution. Dans ce cadre, les demandes abusives de compensation de marges doivent immédiatement cesser pour remettre le produit au cœur de la relation commerciale » ajoute Jean-Philippe Girard. 
 
L’ANIA se dit favorable à poursuivre le dialogue avec la grande distribution en vue de s’engager mutuellement et améliorer le travail réalisé ensemble pour répondre aux nouvelles attentes des consommateurs tout en préservant les acteurs de la filière agroalimentaire française. Mais sous une condition. «Je ne signerai pas un chèque en blanc à la grande distribution. Si les négociations 2016 se terminent bien, alors je m’engage à formaliser un partenariat ambitieux avec nos grands clients. Il me semble aujourd'hui prématuré d’annoncer un tel engagement. L’ANIA est et doit rester un partenaire constructif et exigeant. » conclut Jean-Philippe Girard. Rappelons que deux fédérations ont signé des accords avec la FCD - la Feef et Coop de France - tandis que l'Ilec vient par communiqué de demander aux acteurs de la distribution l'ouverture d'une concertation. L'Ania, elle, semble circonspecte sur leur résultat...
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres