Marchés

L'Ania satisfait du maintien de Stéphane Le Foll mais veut un interlocutaire spécialisé pour l'agroalimentaire

L’ANIA, association représentant les intérêts du premier secteur industriel français, prend acte de la reconduction de Stéphane Le Foll comme Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt dans un communiqué. L'association en profite pour demander un secrétaire d’Etat dédié à l’agroalimentaire.

Stéphane Le Foll, en visite au Sial en 2012 avait réussi à convaincre les professionnels de l'agroalimentaire par le biais de l'Ania.
Stéphane Le Foll, en visite au Sial en 2012 avait réussi à convaincre les professionnels de l'agroalimentaire par le biais de l'Ania.

« Ministre de tutelle de l’industrie alimentaire depuis 2 ans, Stéphane Le Foll doit rester un défenseur attentif et efficace de notre secteur, surtout dans le contexte économique et social actuel, particulièrement fragilisant. Les patrons et les 500 000 salariés de nos entreprises attendent qu?il poursuive la politique impulsée avec Guillaume Garot depuis 2012, avec qui nous avons engagé un travail fructueux. Nous lui faisons donc aujourd’hui confiance pour poursuivre le travail initié pour notre filière, qui est stratégique », déclare Jean-Philippe Girard, Président de l?ANIA.

Premières employeuses industrielles du pays et créatrices de richesse en France et à l’export avec 8,5 milliards de solde commercial positif, les entreprises agroalimentaires, grâce à leur dynamisme et au maillage territorial qu’elles offrent, ont un rôle essentiel à jouer dans la relève économique du pays. En atteste le plan dont le secteur fait l’objet, parmi les 34 chantiers d’avenir pour « la nouvelle France industrielle ».

« L’agroalimentaire doit continuer d’être, parallèlement à l’amont agricole, au centre de l’action du ministère avec l’appui nécessaire d’un secrétaire d’Etat, compte tenu des problématiques complexes et très spécifiques du secteur et de l’atout économique qu?il représente. Nous sommes prêts à nous mobiliser dans le cadre du contrat de filière et du plan industrie, notamment en faveur de l’emploi. Nous attendons désormais avec impatience la mise en œuvre du pacte de responsabilité, les mesures de simplification indispensables et surtout le soutien de notre gouvernement face à une guerre des prix destructrice de valeur. Sans croissance ni rentabilité, nous ne pourrons pas retrouver le chemin de l’emploi et de l’investissement » ajoute Jean-Philippe Girard.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter