Marchés

L’ANIA se réjouit des prises de positions du président de la république

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer
Jean-Philippe Girard, président de l'Ania
Jean-Philippe Girard, président de l'Ania

À l’issue d’un entretien très constructif avec le Président de la République et en présence de Stéphane Le Foll, Ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du gouvernement, l’ANIA, dans un communiqué, se réjouit "des prises de positions fortes de ces derniers, en faveur de la croissance et du développement de la filière alimentaire.

L’ANIA a réaffirmé, au cours de cet entretien, sa volonté de s’inscrire dans le pacte de responsabilité et de solidarité annoncé par le Président de la République et dans le contrat de la filière alimentaire. «Le pacte de responsabilité et de solidarité, annoncé début janvier et détaillé par le Premier ministre le 9 avril dernier, va dans le bon sens ; nous sommes prêts à prendre des engagements forts, notamment sur l’emploi, mais à condition de retrouver la confiance en l’avenir et de ne plus être menacés par de nouvelles taxes et réglementations qui pénalisent la croissance des entreprises et nos exportations. Il y a urgence » a déclaré Jean-Philippe Girard, président de l'Ania, en marge de la rencontre.

Pour faire fonctionner le pacte de responsabilité dans la filière alimentaire et répondre à l’impératif de compétitivité et de création d’emploi, l’ANIA a invité le Président à ce que l’État s’engage sur les enjeux décisifs pour le secteur, à savoir :

1. mettre un terme à la guerre des prix qui entraine la déflation économique, laquelle se traduira inéluctablement par la déflation sociale, en faisant respecter la Loi de Consommation. Et, la loi ne pouvant être l’unique solution, en agissant pour que les pouvoirs publics soutiennent activement la filière dans la promotion de la « négociation responsable »,

2. alléger la fiscalité sur les entreprises, notamment les taxes comportementales qui, en plus de stigmatiser le modèle alimentaire français et nier l’ensemble des politiques et actions volontaires des entreprises menées en faveur d’une alimentation plus saine, n’ont jamais démontré leur efficacité et pèsent lourdement sur la compétitivité.

 

« Les annonces faites aujourd’hui à notre secteur sont de nature, après une année 2013 très difficile, à créer le climat favorable et stable dont nos entreprises ont besoin pour travailler à la croissance et à l’emploi dans la filière » se satisfait Jean-Philippe
Girard. L’Association Nationale des Industries Alimentaires (ANIA) rassemble 20 fédérations nationales sectorielles et 23
associations régionales des industries alimentaires. Elle représente plus de 11 000 entreprises alimentaires de
toutes tailles et de tous secteurs.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA