L’Anses rend un avis mitigé sur le système nutritionnel coloriel

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Mandatée par la direction générale de la santé (DGS), l’Anses vient de rendre son avis sur le système nutritionnel coloriel, dit de Rayner, prôné par le professeur Serge Hercberg. Selon l’Agence, ce système de calcul est faisable mais limitée et apparait comme discriminant pour certaines catégories de produits.

L'Anses a rendu son avis sur le code couleur nutritionnel prôné par le professeur Serge Hercberg
L'Anses a rendu son avis sur le code couleur nutritionnel prôné par le professeur Serge Hercberg

L’annonce est tombée presque inaperçue. L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (Anses), à la demande de la Direction Générale de la Santé (DGS) vient de rendre son avis sur le code couleur nutritionnel, dit de Rayner. Ce système, prôné par le professeur Serge Hercberg, avait été remis, en janvier 2014, à la Ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, à la demande de cette dernière. Ce système d’information vise à offrir aux consommateurs un code couleur leur permettant d’être mieux informés sur le profil et les qualités nutritionnelles des produits.

Faisable mais discriminant

Dans son rapport publié le 1er juin, l’Anses conclut que la mise en œuvre du score nutritionnel est faisable mais limitée et devra alors être complété par d’autres données comme les teneurs en fibres, fruits, légumes, fruits à coque… Par ailleurs, il ne prend pas en compte les habitudes de consommation (ajout de sel, d’huile, de sucre, mode de cuisson…). Pour évaluer la faisabilité de ce calcul, l’Anses s’est appuyée sur les données d’étiquetage collectées dans le cadre d’Oqali (Observatoire de la Qualité de l’Alimentation) et de la table Ciqula afin de tester le score nutritionnel de Rayner sur plus de 12 000 références de produits transformés et non transformés. Mais il ressort que le score nutritionnel peut être discriminant pour un grand nombre de produits et insuffisamment pour d’autres (compotes, boissons rafraîchissantes sans alcool..). Enfin, l’Anses déclare que son travail n’avait pas pour objectif de juger la pertinence de l’utilisation de cet outil, ni sa capacité à informer le consommateur.

 

Pour consulter le rapport complet de l'Anses : https://www.anses.fr/fr/documents/DER2014sa0099Ra.pdf

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA