L'après Xavier Beulin

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

L'ÉVÉNEMENT DE LA SEMAINE Président du groupe Avril depuis 2000 et de la FNSEA depuis 2010, Xavier Beulin, disparu le 19 février, laisse en héritage un conglomérat puissant et une feuille de route pour dessiner l’avenir de l’agriculture. LSA revient sur son parcours et sur les enjeux de sa succession.

A quelques jours de l’ouverture du Salon international de l’agriculture, la disparition de Xavier Beulin a pris tout le monde de court. Emporté par une crise cardiaque le 19 février, le président de la FNSEA avait fait part de sa volonté de se présenter pour un troisième mandat, afin de continuer à défendre sa vision d’une agriculture moderne et libérée de ses carcans. Il se montrait tout aussi déterminé en tant que président du groupe Avril à mettre l’Afrique et les protéines au cœur de sa stratégie de croissance. Marqués par la crise agricole de l’été 2015, les distributeurs n’en soulignent pas moins son rôle dans le rapprochement des enseignes avec les filières agricoles. C’est dire si les enjeux de sa succession sont importants…

Au Salon international de l’agriculture, qui s’est ouvert samedi 25 février, Xavier Beulin comptait, en pleine campagne présidentielle, accueillir les candidats et les interpeller sur les propositions de la FNSEA. Il laisse en héritage un livre, coécrit avec Yannick Le Bourdonnec et publié début janvier, intitulé Notre agriculture est en danger. Dans cet ouvrage, le président élu à la tête de la FNSEA une première fois en 2010 – et prêt à rempiler pour un troisième mandat lors du congrès du syndicat qui aura lieu fin mars à Brest – s’inquiétait de l’affaiblissement de l’agriculture française, reléguée désormais au cinquième rang des exportateurs mondiaux. En cause, l’accumulation de normes qui vont bien au-delà de ce qu’impose la réglementation européenne, notamment sur le plan environnemental, et qui mettent à mal la compétitivité des exploitations françaises. Livre plaidoyer pour libérer l’agriculture française de tous ses carcans, un de ses chapitres demande à ce « qu’on nous laisse produire ».

À la tête du premier syndicat agricole de France, Xavier Beulin défendait une vision décomplexée de l’agriculture moderne et productiviste. « Les agriculteurs ne vont pas retourner biner dans les champs. Il y a des robots pour cela. On doit accélérer les innovations pour gagner en efficacité. (…) Mais je suis pour une agriculture de fermes, pas de firmes », confiait Xavier Beulin aux Échos, le 6 janvier. Celui qui se battait pour faciliter l’agrandissement des exploitations françaises et, in fine, la massification de l’offre, apportait sans détour son soutien à la biotechnologie, aux OGM, et se montrait dans le même temps en attente de conseils sur la bio. Déterminé à faire reconnaître la diversité de l’agriculture française mais aussi à sécuriser les revenus des agriculteurs par le développement d’un système assurantiel, le président de la FNSEA plaidait pour une politique de long terme, plutôt que pour des aides ponctuelles.

Au lendemain de sa disparition, les représentants des principales filières agricoles ont salué sa vision de l’agriculture de demain et son acharnement à vouloir redonner aux agriculteurs leur fierté. « Xavier Beulin faisait la synthèse entre les anciens et les modernes, les productivistes et les écologistes », confie un de ses proches. Entre productivisme sans contrôle et contestations écologiques, la troisième voie qu’il tentait de tracer lui a valu de nombreuses critiques.

Une vision claire de l’agriculture de demain

SON BILAN

  • À la tête de la FNSEA depuis fin 2010, il a redonné au syndicalisme agricole une dimension de premier plan.

LES ENJEUX DE SA SUCCESSION

  • Poursuivre la consolidation des filières afin de sécuriser l’amont agricole.
  • Faire en sorte que les exploitations françaises retrouvent leur compétitivité et leur place sur les marchés internationaux.
  • Faire entendre la voix de la France dans la négociation de la PAC 2020.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2449

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA