L’arrosage s’essaie à de nouvelles solutions

|

La météo capricieuse a plombé les ventes, mais n’empêche pas l’arrivée d’innovationspour recréer de l’attractivité.

Peu encombrant, le dévidoir Pico Reel de Hozelock cible les possesseurs de petites surfacesà arroser, avec 10 mètres de tuyauet un pistolet avec 5 fonctions multijets.
Peu encombrant, le dévidoir Pico Reel de Hozelock cible les possesseurs de petites surfacesà arroser, avec 10 mètres de tuyauet un pistolet avec 5 fonctions multijets.© photos dr

A quoi bon investir dans un système d’arrosage quand l’eau tombe toute seule du ciel Cette évidence est malheureusement dommageable au marché précité, qui vient d’enchaîner une deuxième année de difficultés. Programmateurs, tuyaux, arroseurs et terminaux sont en recul, seuls les dévidoirs affichant une progression (+ 11,9%, à19,4 M €). Nicolas Toran, directeur marketing France Exel GSA Hozelock, confirme. « Nous sortons de deux années “ météo-défavorables ”. Mais nous avons rattrapé un peu de retard sur la fin de l’été. Pour animer le marché, nous avons proposé des opérations de remboursements, de la dynamique promotionnelle. » Ces démarches suffiront-elles pour relancer les ventes À voir. Mais le flot d’innovations ne se tarit pas.

Au-delà des possesseurs de grands jardins, d’autres cibles existent. Ce sont elles qu’Hozelock vise avec son Pico Reel, un dévidoir compact pesant 1,9 kg et doté de 10 mètres de tuyau, pour balcons et petites espaces verts.

Des regroupements s’opèrent

Le leader Gardena y va aussi de ses nouveautés, avec un tuyau Comfort Flex, doté de bandes Power Grip et de renforts de carbone tricoté. Au-delà du produit, Gardena veut inciter les particuliers à s’équiper, avec une application disponible sur son site internet, My Garden. Elle permet « de dessiner son jardin et de planifier son système d’arrosage automatique, en quelques clics », pour déterminer les besoins en fonction de la surface. 

Ces initiatives ne seront pas de trop pour relancer un marché à la peine. Ainsi, en 2013, le secteur de l’arrosage a reculé de près de 8% en valeur pour s’établir à 76 M €, sans grande évolution de la répartition entre les différents circuits de commercialisation, à l’exception peut-être des libres-services agricoles, qui ont perdu du terrain. Les difficultés économiques expliquent peut-être le mouvement de concentration du secteur, marqué par les rachats successifs effectués par le groupe Exel GSA. Acquéreur de l’anglais Hozelock fin 2012, il a mis la main sur la société Aquasolo (arrosage autonome des plantes grâce à des cônes de céramique microporeuse s’adaptant sur les bouteilles en plastique) il y a quelques semaines. Et, ce qui ne gâche rien, ces cônes sont fabriqués en France, une tendance qui s’affiche de plus en plus dans les rayons.

Les tendances

  • L’affichage de plus en plus fréquent de l’origine« made in France ».
  • La poussée des dévidoirs.
  • La valorisation du marché.

Les GSB caracolent, les Lisa souffrent

Part de marché en valeur, en%, par circuit de distribution, en 2013, et évolution, en point, versus 2012 Source : GfK

Les GSB trustent le marché. En cinq ans, elles ont gagné 7,7 points, et continuent à grappiller du terrain. Le tableau est plus sombre pour les Lisa(- 4,3 points en cinq ans), alors que la VAD est balbutiante.

En chiffres

76,1 M €

Le marché français de l’arrosage en 2013, - 7,9 % versus 2012- 1,1 % en volume

Source : GfK

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° HSNA2014

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message