L'Assemblée nationale contraint les grandes surfaces à donner les invendus alimentaires

|

LÉGISLATION - LOIS L'Assemblée nationale a adopté au cours de la dernière lecture de la loi sur la transition énergétique plusieurs articles contraignant les grandes surfaces de plus de 400 mètres carrés à donner leurs invendus alimentaires à des associations. La totalité des groupes politiques soutenaient le projet. 

Les députés ont adopté les articles de loi contre le gaspillage alimentaire.
Les députés ont adopté les articles de loi contre le gaspillage alimentaire.© TheStockCube - Fotolia

Le gouvernement s'y était engagé à de multiples reprises, et la mesure était soutenue par la totalité des groupes parlementaires : les articles contraignant les magasins de plus de 400 mètres carrés à donner leurs invendus alimentaires a été adopté à l'unanimité, jeudi 21, à l'occasion de la dernière lecture de la loi sur la transition énergétique. Les députés Guillaume Garot (PS), Frédéric Lefebvre (UMP), tous deux anciens ministres, l'un de l'agroalimentaire, l'autre de la consommation, ont vivement soutenu les amendements en séance. 

Interdiction de jeter de la nourriture

Les grandes surfaces auront donc, sous peine de sanction, l'interdiction totale de détruire de la nourriture. Celle qui n'est pas consommable devrait être utilisée dans l'alimentation animale ou utilisée comme compost. Pour conserver la possibilité de défiscaliser les dons alimentaires, les magasins devront au préalable signer des protocoles avec des associations de solidarité comme les Restaus du coeur. 

Succès sans précédent d'une pétition

Une pétition lancée par l'Association "Change.org" avait recueilli un nombre sans précédent de signatures - plus de 200 000 - et le soutien de nombreux artistes et hommes politiques. Le président de l'association, Arash Darambarsh, élu de Courbevoie, avait été reçu il y a quelques jours par le Président de la République "C’est une immense victoire que nous avons obtenue sur Change.org grâce au soutien de plus de 210.000 personnes et de nombreux élus et personnalités”, a déclaré Arash Derambarsh. “Maintenant, il faudra surveiller la mise en place des mesures votées aujourd’hui". La loi doit être définitivement adoptée en séance publique ce jour. 

 

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter