Marchés

L’association L214 veut empêcher Système U de commercialiser des œufs en batterie

|

Après Monoprix en 2013, l'association de défense des animaux L214 s’attaque à Système U pour les contraindre à retirer leurs œufs en batteries commercialisés sous son nom.

L'association de défense des animaux veut faire retirer les oeufs en batterie sous la marque Système U
L'association de défense des animaux veut faire retirer les oeufs en batterie sous la marque Système U

Poules déplumées, cadavres en décomposition, cannibalisme… L214 vient de rendre public sa dernière enquête vidéo menée dans trois élevages de poules pondeuses en Bretagne et met en avant la commercialisation des œufs à marque Système U. Devant, ces images, l’association, qui se rassemble demain matin le 18 septembre devant le siège du distributeur à Rungis, entend par cette action "faire retirer à Système U les œufs de batteries qu'il vend actuellement sous sa marque", précise Sébastien Arsac, membre de l'association.

Une demande irrecevable

Après avoir fait abandonner à Monoprix la commercialisation de ses œufs en batterie à marque en 2013, l’association a mis le cap sur Système U et ce choix n’a rien d’un hasard. « Le discours de cet enseigne est axé sur son engagement, sur sa responsabilité, sur la qualité. Donc on estime que la commercialisation d’œufs en batterie ne colle pas à leur positionnement », ajoute Sébastien Arsac. Pour Système U, la demande de L214 d'arrêter complètement de vendre des œufs de batterie « n'est pas recevable ». « Certains consommateurs préfèrent faire le choix d'œufs en cage car ils coûtent moins cher. Nous ne pouvons pas décider d'imposer au consommateur ce qu'il doit consommer », a expliqué le porte-parole, de l’enseigne. Selon L214, si Système U s’engage, cette prise de position pourrait faire effet boule de neige dans le reste de la distribution.

84 % pour le retrait des œufs en batterie

Les autres enseignes comme Leclerc et Carrefour ont également été approchées par l‘association, mais, selon elle, « elles ont montré de meilleures volontés d’avancer ». Pour donner de l’importance à sa démarche, l’association a dévoilé un sondage réalisé par Opinion Way du 10 au 11 septembre 2014, auprès de 1 003 personnes : 84 % des Français sont favorables au retrait des œufs de batteries dans les supermarchés. En Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Grande-Bretagne et en Italie, la grande distribution refuse depuis quelques années de commercialiser des œufs de poules en batterie. Pour la France, des marques comme Amora, Lesieur, Subway, Ikea ont supprimé ce type d’œufs dans leurs recettes.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter