L’Autorité de la concurrence valide le rachat des actifs Kidiliz par ÏDKids

|

L’Autorité de la concurrence avait accordé, à titre exceptionnel, une dérogation à effet suspensif permettant au groupe ÏDKids de racheter Kidiliz, en redressement judiciaire, sans attendre sa décision finale. Celle-ci vient d’être prise : l’Autorité a autorisé cette opération sans la soumettre à conditions.

L'Autorité de la concurrence a rendu sa décision finale quant au rachat de Kidiliz par ÏDKids.
L'Autorité de la concurrence a rendu sa décision finale quant au rachat de Kidiliz par ÏDKids.© photos KIDILIZ

Kidiliz (Catimini, Z) avait été placé en redressement judiciaire en 2020. La pandémie avait rendu compliquée sa reprise. Au final, faute d'une offre de reprise totale, les actifs de Kidiliz ont été partagés entre sept repreneurs dont ÏDKids qui a repris le plus de magasins en France. L’Autorité de la concurrence avait accordé, à titre exceptionnel, une dérogation à effet suspensif permettant au groupe ÏDKids de procéder à la réalisation de l’opération, sans attendre la décision finale des autorités de régulation. Cette dérogation permet la poursuite de l’activité. Elle peut être accordée dans le cas où des offres de reprise ont été présentées sur des entreprises en liquidation ou redressement judiciaire, comme c’était le cas en l’espèce. « L'octroi d'une dérogation par l'Autorité ne préjuge toutefois en rien de la décision finale prise à l'issue de l'instruction », précise l’Autorité de la concurrence. Et de rappeler que : « la réalisation effective d'une opération de concentration ne peut intervenir qu'après l'accord de l'Autorité de la concurrence ».

C’est cette décision finale que l’Autorité de la concurrence a publié hier, 22 juillet 2021.  Pour cela, l’Autorité a examiné si l’acquisition par le groupe ÏDKids de trois enseignes actives dans le prêt-à-porter (Catimini, Z et Kidiliz) était de nature à restreindre la concurrence sur les marchés locaux de la distribution de détails de vêtements pour enfants, dans les zones de chalandise, dans lesquelles les magasins des parties sont présents simultanément.

L’Autorité a considéré que, dans chacune des zones dans lesquelles les magasins des deux groupes sont présents, les consommateurs continueront à bénéficier d’offres alternatives aux marques des parties, équivalents en termes de prix et de positionnement commercial. Ces enseignes concurrentes, parmi lesquelles Petit Bateau, Du Pareil au Même et Sergent Major, demeureront suffisamment nombreuses pour éviter que la nouvelle entité ne soit incitée à augmenter le prix des articles vendus ou à dégrader la qualité des produits vendus dans ses magasins. Elle a donc autorisé cette opération sans la soumettre à conditions.

Le groupe ÏDKids est spécialisé dans la conception et la vente de vêtements et de jeux pour enfants, au travers des réseaux Okaïdi (370 magasins en France), Jacadi (105 magasins en France) et Oxybul (29 magasins en France), présents en France et à l’étranger. Le chiffre d’affaires du groupe a atteint 918 millions d’euros en 2018.

Les actifs repris par ÏDKids comprennent 81 points de vente détenus en propre ainsi que 19 points de vente affiliés situés en France et exploités sous les enseignes Catimini, Z et Kidiliz ainsi que les marques Catimini, Absorba, Chipie, 3 Pommes, Lili Gaufrette, Jean Bourget et Z.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

X

Recevez chaque semaine l'actualité des acteurs et les innovations produits de l'univers des 0-14 ans.

Ne plus voir ce message