Marchés

L'avis d'expert

 Catherine Gomy, directrice générale de Greenext
Catherine Gomy, directrice générale de Greenext © DR

« La soupe de légumes en brique a un impact CO2 aux 100 ml un peu inférieur à la moyenne des aliments consommés. Les deux leviers d'amélioration concernent le process et les ingrédients (plus de deux tiers des impacts). Les deux aspects sont à traiter simultanément par les professionnels car, en fonction de l'indicateur, ce n'est pas la même étape du cycle de vie qui a le plus d'impact (c'est tout l'intérêt de l'approche multicritère). Les industriels peuvent donc améliorer leurs produits dans un objectif de moindre impact environnemental, tout en l'associant à une logique économique car, notamment, le CO2 lié au process est très directement lié à l'utilisation d'énergie. »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter