L'e-commerce transfrontalier pérennise la croissance des e-marchands [Etude]

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Une étude Paypal menée par Ipsos révèle le fort potentiel du e-commerce transfrontalier pour les commerçants français et plus spécifiquement pour les e-marchands. Elément clé du succès à l'étranger, l'expérience client doit faire l'objet d'un soin tout particulier, tout comme la logistique, qui reste néanmoins un frein pour de nombreux marchands souhaitant se lancer à l'international.

La France a le plus fort taux de commerçants présents à l'international
La France a le plus fort taux de commerçants présents à l'international

Levier de croissance du e-commerce français, l’international continue de séduire les e-marchands désireux de pérenniser leur activité. Les spécialistes des ventes événementielles en ligne que sont Vente-privee.com et Showroomprive.com ont respectivement réalisé en 2015, 25% et 15% de leur chiffre d’affaires à l’international. Et le chiffre ne cesse de progresser année après année. Pour ces sites, les pays les plus performants bien souvent, sont les pays transfrontaliers.

PayPal vient de publier une étude menée par Ipsos auprès de 1 200 commerçants présents sur six marchés majeurs (USA, France, Allemagne, Italie, Espagne et UK), qui révèle notamment qu’une très grande majorité (92%) des e-marchands français réalise des ventes à l’international. Selon les résultats de cette étude, les dix principaux flux transfrontaliers en termes de revenus sont situés en Europe et représentent à eux seuls 63% des revenus du commerce international de ces marchands en ligne français. Et le top 3 des pays les plus plébiscités sont l’Allemagne (12% des achats transfrontaliers), suivi du Royaume-Uni (11%) et de la Suisse (7%).

Deux tiers des commerçants séduit par l’international

Cette année, le commerce transfrontalier restera une opportunité de croissance durable. Près des deux tiers des commerçants présents sur leur marché domestique prévoient d’aller à l’international l’an prochain (65 %, soit le pourcentage le plus élevé parmi les pays étudiés) et un quart des commerçants qui vendent à l’international s’attendent à voir leurs ventes transfrontalières augmenter en 2016.

L’Espagne, la Suisse et l’Allemagne sont les nouveaux marchés sur lesquels les commerçants français font leur entrée en 2016, et le Royaume-Uni et l’Allemagne seront, pour les vendeurs déjà présents, des marchés de croissance en 2017. Et la France est également un pays prioritaire pour la croissance du commerce transfrontalier cette année : elle figure en effet dans le top 5 des marchés ciblés par les e-commerçants étrangers. Résultat, le marché domestique français fera l’objet d’une concurrence accrue pour les e-commerçants du monde entier.

Le rôle clé de l’expérience client

Capitale dans la conquête des marchés internationaux, l’expérience client joue un rôle clé, et les appareils mobiles en font partie. La France est à l’avant-garde du commerce mobile, puisque 98 % de ses sites marchands sont optimisés pour les appareils mobiles. Les vendeurs de l’Hexagone recourent à des places de marché pour conquérir les clients internationaux : 46 % des commerçants français qui vendent à l’international ont en effet recours à des marketplaces pour leurs transactions à l’international, contre 22 % seulement pour les transactions domestiques.

Amazon occupe la première place, suivie par eBay et Cdiscount. L’optimisation pour les moteurs de recherche est la méthode la plus utilisée pour générer du trafic à l’international (utilisé par 31 % des marchands transfrontaliers). Mais au moins un commerçant sur cinq utilise des méthodes variées, comme la publicité ou le référencement (29%), les réseaux sociaux (24%), les comparaisons tarifaires ou de produits, ou encore les recommandations (28%).

La logistique reste un frein

Bien que l’international soit une source de croissance pour les commerçants français, l’expédition des produits et la gestion des devises restreignent fortement leurs ambitions. Les frais d’envoi constituent en effet la principale barrière pour les vendeurs qui vendent sur internet à l’étranger, tant à l’international que sur les marchés domestiques : 27 % des entreprises françaises qui vendent déjà à l’international citent ces points parmi leurs problèmes les empêchant de vendre dans certains marchés, suivis par les droits de douane (24 %) et l’assistance client dans les langues locales (21%).

Les commerçants à l’international sont également conscients que les politiques d’expédition sont les raisons qui poussent les clients à abandonner leur panier d’achat lors d’achats transfrontaliers. L’étude menée auprès des clients par Ipsos en novembre 2015 a identifié que la gratuité des frais d’expédition est le premier facteur pour convaincre les acheteurs en ligne d’acheter à l’étranger : 43 % des clients en ligne internationaux interrogés globalement citent les frais d’envoi comme la principale raison de la non-finalisation de leur achat, et 50% des clients en ligne interrogés ont répondu que des frais d’expédition gratuits les pousseraient plus facilement à faire des achats transfrontaliers.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

1 commentaire

Axel

22/04/2016 11h11 - Axel

Hello, Merci pour cet article intéressant. On peut-on trouver l'étude complète, notamment la partie concernant les 1200 marchands étudiés svp ?

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA