L'échange de données électroniques entre distributeurs et industriels poursuit son essor

|

En 2011, le cap des 2000 entreprises utilisant les catalogues électroniques à été franchi dans la grande consommation selon GS1. Plus d'1,2 million de fiches produits ont été échangées entre distributeurs et fournisseurs. Si les gains administratifs et de temps sont au rendez-vous, la qualité des données renseignées reste perfectible.

Pierre Georget, DG de GS1 France
Pierre Georget, DG de GS1 France© B.MARTINEZ

La dématérialisation des relations commerciales entre distributeurs et industriels à franchi un nouveau pas en 2011, dans le domaine des échanges de fiches produits, au travers des catalogues électroniques. Une informatisation des données qui permet tout à la fois de se débarrasser de documents excel, mais aussi de fluidifier les échanges et d'accélérer la mise sur le marché des produits. Autre volet, une rationalisation des coûts, induite par la baisse des traitements administratifs, une seule et même fiche produit pouvant être utilisée pour l'ensemble des enseignes de la grande distribution. Un constat largement partagé par les acteurs, lors de la conférence de GS1 sur le sujet, mardi 12 juin à Paris.

Désacord sur le périmètre des données
GS1 France est un organisme de standardisation, permettant aux acteurs de travailler sur des technologies fiables et compatibles. Plusieurs points, néanmoins, restent à améliorer. En premier lieu, la qualité des données renseignées par les industriels reste perfectible. En matière de données logistiques, par exemple, les erreurs restent courantes sur la taille ou le poids des unités de vente. Par ailleurs l'intégration de données de prix ou de promotions fait encore débat chez les distributeurs, certains les réclamant, d'autre pas. Actuellement, 5 distributeurs sont engagés dans un large processus d'échange de données avec les industriels : le Galec (E. Leclerc), Carrefour, Auchan, Casino et Provera (Cora).

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter