L'éco-organisme EcoFolio est lancé

|

BRÈVES Chargé de collecter des fonds pour le recyclage des courriers commerciaux non adressés (prospectus, catalogues...), EcoFolio a reçu l'agrément des pouvoirs publics. Ses adhérents payeront 35 euros la tonne de papier émise.


Le décret du 1er mars 2006 avait rendu obligatoire la création d'un éco-organisme chargé de récolter, de gérer et de redistribuer des fonds pour aider au recyclage des courriers commerciaux non adressés, soit un gisement estimé à plus d'un million de tonnes d'imprimés chaque année en France.
 

Les fédérations très concernées
Différentes fédérations professionnelles, comme l'Union des annonceurs, la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution, le Conseil du commerce de France, le Syndicat national des éditeurs de la presse gratuite et le Syndicat national des annuaires, ont travaillé l'an dernier à la constitution de cet éco-organisme.
 

Une trentaine d'entreprises actionnaires
EcoFolio dont l'agrément vient d'être publié au Journal officiel a été créé sous forme d'une SAS au capital de 41 500 euros et regroupe 33 entreprises associées, notamment plusieurs acteurs de la distribution. Parmi eux : Auchan, Casino, Cora, Monoprix, Intermarché, Carrefour, Système U, Lidl, Aldi, Boulanger, Media Saturn, Gitem, Mr Bricolage , Leroy-Merlin, Brico-Dépôt, Castorama, Conforama, But, Mobilier Européen, Ikéa, Galeries Lafayette. Mais aussi les 3 Suisses et quelques fabricants comme L'Oréal, Nestlé et Ferrero. Eco-Folio sera dirigé pour deux ans par Frédéric Aurand, PDG de Comareg & Paru-Vendu.
 

Une contribution de 35 euros
Outre les associés, les adhérents à cet éco-organisme devront payer 35 euros la tonne de papier qu'ils auront émise. Les non-adhérents devront, eux, s'acquitter de la taxe générale sur les activités polluantes, collectée par les douanes, et particulièrement élevée : 900 euros la tonne. De quoi motiver les entreprises à adhérer à EcoFolio !
 

Une redistribution plus juste
Outre cet avantage financier, l'éco-organisme présente un autre atout : alors que la TGAP est versée au budget général de l'Etat, les fonds collectés par EcoFolio seront ensuite redistribués directement aux communes, au prorata des tonnes qu'elles doivent recycler.

Les premières contributions porteront uniquement sur les tonnages émis au cours du dernier trimestre 2006 et devront être payées l'été prochain. « Nous espérons collecter quelque 25 millions d'euros dans deux ans, dont 5 % seront utilisés pour le fonctionnement de l'éco-organisme », précise Frédéric Aurand.
 
Véronique Yvernault
 
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter