[L'edito] La simplicité, un mode de vie ?

|
Michel Biero, co-gérant achats de Lidl France
Michel Biero, co-gérant achats de Lidl France© Sylvie Humbert

S’il y a bien une tendance qui fait l’unanimité, c’est celle de la simplicité ! Un mode de vie qui prône le retour à des valeurs fortes et essentielles. Avant tout, un besoin de clarté, de transparence et de proximité. Cette tendance n’est pas nouvelle. Il y a toujours eu des écrivains ou des penseurs pour soutenir cette façon de vivre. Depuis l’Antiquité, la simplicité interroge les plus grands philosophes. Elle contribue à la prise de bonnes décisions, à des choix rapides et donc à une économie de temps et d’argent. Simplicité dans nos vies, simplicité dans les pratiques, simplicité dans les schémas d’entreprise… On oublie trop souvent que plus une idée est simple, plus elle touchera un grand nombre de personnes. C’est le choix universel.

Dans cette optique, « moins » signifie « plus ». Quand on tend vers la simplicité, on se libère d’éléments futiles ou superficiels pour se consacrer à l’essentiel, à ce qui nous tient vraiment à cœur. La simplicité est un état d’esprit.

Les trois fondements de la simplification de l’expérience client sont la rapidité, la praticité et la clarté. L’objectif des entreprises ­aujourd’hui est de revenir aux essentiels de la relation avec le client, basée sur la simplicité, l’engagement et la confiance. Qui est le client ? Quel est son objectif ? Quel est le parcours client envisagé ? Quelle serait l’organisation la plus efficace pour lui proposer de la personnalisation ?

Cette idée fait son chemin dans l’esprit des consommateurs. Toujours à la ­recherche de produits et de services pour améliorer leur quotidien, ils sont plus séduits par les entreprises qui pensent des concepts aux expériences clients simplifiées. Les solutions les plus performantes sont souvent les plus simples. Google, Amazon ou Apple : autant d’entreprises qui ont fait de la simplicité leur fer de lance et ont su associer performance et sobriété. Pour ne citer que ces exemples, pensons au design épuré de la page d’accueil du moteur de ­recherche ; aux boutons Dash d’Amazon, qui sont la promesse de commandes faciles et rapides, accessibles d’une simple pression ; ou encore au cas d’école de l’arrivée sur le marché de l’iPhone, cet ­objet révolutionnaire qui allie technologie, simplicité d’usage et esthétisme. N’est-ce pas la clé de l’évolution : savoir rendre les choses fluides, faciles d’accès et pratiques, retirer ce qui est superflu, ramener un produit ou un service à sa fonction première ?

La simplicité, c’est tout un art. Rendre les choses simples peut s’avérer complexe mais profitable à ceux qui s’en donnent la peine. Tirer parti de la simplicité nécessite labeur et prise de risque. Mais n’est-ce pas cela, selon Léonard de Vinci, la « sophistication suprême » ? Et si, au fond, la tendance à la simplicité était l’autre nom du retour de l’audace ?

Michel Biero

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2448

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous