Marchés

L'Efsa se montre rassurante dans son dernier rapport sur les pesticides

|

L'Autorité européenne de sécurité alimentaire se veut rassurante... mais elle épingle quelques produits.

visuel avoine

L’Autorité européenne de sécurité des aliments vient de publier son étude annuelle sur les pesticides. Elle indique que plus de 97 % des échantillons présentent des taux de résidus se situant dans les limites permises.

Ce quatrième rapport annuel sur les pesticides, publié mardi 12 mars, donne un aperçu des résidus de pesticides détectés en 2010 dans les aliments dans les 27 États membres de l’UE ainsi qu’en Islande et en Norvège sur 500 produits. 

Viandes et produits bio bons élèves

Les résultats des programme nationaux montrent que 97,2 % des échantillons contenaient des résidus dans les limites européennes légales, appelées limite maximale de résidus (LMR). Les plus faibles taux de dépassement des LMR ont été observés dans les aliments d’origine animale, 0,1 % des échantillons dépassant les limites autorisées. L’analyse d’échantillons de produits de l’agriculture biologique révèle en outre un taux de dépassement des LMR de 0,8 %.

Les pires ? l’avoine et les laitues !

De façon générale, les taux de dépassement des LMR ont été stables pendant les quatre dernières années. Le rapport 2010 indique que les aliments présentant le plus fort pourcentage d’échantillons dépassant les LMR étaient l’avoine (5,3 %), les laitues (3,4 %), les fraises (2,8 %) et les pêches (1,8 %). En 2010, les produits sélectionnés les plus contaminés dans l’échantillon étaient les pommes, les choux pommes et les poireaux.

Conclusions rassurantes

L’EFSA a conclu qu’il n’existait pas de risque à long terme pour la santé des consommateurs en relation avec les résidus de pesticides présents dans leur alimentation. Lors de l’évaluation de l’exposition aiguë à court terme, le rapport a montré qu’un risque ne pouvait pas être exclu pour 0,4 % des échantillons étudiés.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter