L'électroménager résiste encore et toujours à la crise

|

RÉSULTAT Le Groupement interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager (Gifam) a dévoilé le bilan du marché de l'électroménager en 2012. Avec un chiffre d'affaires global de plus de 7,6 milliards d'euros en France, en hausse de 0,4%, le marché du gros et du petit électroménager fait, une nouvelle fois, la preuve de sa résistance à la morosité économique.

"Pas si mal", c'est ainsi que Gérard Salommez, président du Gifam et du groupe Seb France qualifie le cru 2012 du secteur de l'électroménager. "Dans un environnement difficile et une consommation atone, l'activité de notre secteur s'affiche en stabilité en 2012 et montre une bonne résistance depuis 2009. Le marché reste porté par l'innovation, en gros comme en petit électroménager."

Le blanc dopé par l'encastrable

Avec une hausse de ses ventes en volume de 0,6% (à 14,5 millions d'appareils écoulés en 2012), le gros électroménager profite de la hausse des ventes d'appareils encastrables (+2,7% en volume), un véritable vivier de croissance pour le secteur : "par rapport aux autres pays européens, la France est encore très en retard en matière d'équipement de produits encastrables : pour 2013, on estime que l'encastrable représentera 33% des ventes de blanc dans l'Hexagone et 50% en 2018", souligne Jean-Jacques Blanc, vice-président du Gifam et président de Whirlpool France.

Stabilisation du prix de vente moyen

Le marché du blanc profite également de la disparition progressive des modèles les plus gourmands en énergie au profit des appareils de classe A+ et A++. Conséquence logique : les prix moyens de vente, depuis plusieurs années en baisse constante, se stabilisent enfin autour de 350€ l'appareil.

Le petit électroménager tiré par l'innovation

Le marché du petit électroménager enregistre une hausse de 0,8% de ses ventes en valeur, après une croissance de 2,3% en 2011 et de 5% en 2010. Parmi les produits ayant le plus progressés, on trouve en tête les blenders (+46%), les épilateurs à lumière pulsée (+35%) ou encore les kitchen machines (+23%) : autant de segments récemment créés ou redynamisés par l'arrivée d'innovations, souvent souvent portée en publicité. "Sur ce marché, la création de valeur se fait via l'innovation et la communication, essentiellement faites par les grandes marques", rappelle Gérard Salommez.

La prime aux spécialistes...

Autre enseignementde cette année 2012, les enseignes spécialistes continuent à avoir le vent en poupe. En gros électroménager, les GSS et les cuisinistes signent les plus fortes progressions. Sur ce créneau, pour la première fois, les hypermarchés passent sous la barre des 10% du marché en valeur. En petit électroménager aussi, les spécialistes signent la plus forte progression (+1,2 point à 35% des ventes en valeur), derrière les hypermarchés (39,8% du marché), stables.

... et aux sites marchands des enseignes physiques

Si les pure-players et la VAD représente 8,9% des ventes du blanc, la part de l'ensemble du e-commerce (sites marchands des grandes enseignes inclus) atteint 15,5%, en hausse de près de 2 points versus 2011. Idem pour le petit électroménager où l'ensemble du e-commerce s'octroie 12,2% des ventes, contre "seulement" 9,5% pour la VAD et les pure-players.
 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message