Marchés

L'électronique grand public frappée par une récession inédite

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La high-tech va mal en France. En 2008, le chiffre d'affaires du secteur a connu pour la première fois depuis 10 ans une baisse. Elle a été de l'ordre de 3% selon la panéliste GfK qui présentait ce matin les chiffres annuels consolidés du secteur. Au total, il s'est vendu pour 19,5 milliards d'euros de téléviseurs, ordinateurs, lecteurs MP3 ou encore consoles de jeux contre 20,1 milliards en 2007. Pire, 2009 pourrait connaitre une baisse encore plus spectaculaire, spéculent les analystes de GfK avec une baisse du marché de 9% pour atteindre un chiffre d'affaires de 17,7 milliards d'euros, soit à peine plus que le chiffre de l'année 2005 (16,5 milliards d'euros à l'époque). Et en dehos du jeu vidéo (+19% en 2008), tous les marchés sont touchés: l'électronique grand public à savoir TV/hi-fi/vidéo (-6%), informatique (-5%), téléphone et photo (-2% chacun). La cause ne serait pas nécessairement à chercher du côté de la crise. Les volumes étant toujours bons avec une progression de 3% des ventes de produits high-tech en 2008 (dont un spectaculaire +15% de PC sur la période). La raison du recul vient des problèmes récurrents du secteur de guerre des prix. Un seul exemple: le prix moyen du PC portable vendu perd en moyenne 100 euros par ans. Il en a perdu 200 en 2008! Surtout, note Olivier Malandra, le directeur de la division EGP de GfK, les quartiles les plus élevés diminuent chaque année d'avantage depuis 4 ans. Et dans le même temsp les relais de croissance n'ont pas si bien fonctionné que ça. Il ne s'est vendu que 120 000 lecteurs Blu-ray en 2008 (prévision de 330 000 en 2009). La HD, les msartphones et les produits connectables devraient constituer des potentiels de croissance dans les années à venir. Reste que le manque de grosses innovations et l'arrivée cette fois de la crise font planer de lours nuages sur le marché de l'électronique.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA