L'emploi dans le secteur de la distribution se normalise

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Chaque année, la FCD publie une radioscopie des effectifs de la grande distribution alimentaire. Pour la première fois depuis longtemps, ceux-ci ont baissé en 2011. Et, tout doucement, des évolutions se dessinent : moins de jeunes, moins de temps partiel et une plus grande stabilité dans les effectifs.

 Dans les hypermarchés, presque la moitié des femmes (42 %) sont à temps partiel et, dans les supermarchés, la proportion atteint 45 %.
Dans les hypermarchés, presque la moitié des femmes (42 %) sont à temps partiel et, dans les supermarchés, la proportion atteint 45 %. © DAMORET RICHARD/REA

La population qui travaille dans le commerce serait-elle en train de devenir comme celle des autres secteurs ? Sans doute, car, même si l'environnement de travail des quelque 610 000 salariés recensés en 2011 par la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD) évolue lentement, il présente une nouveauté de taille : pour la première fois depuis des années, le secteur n'a pas créé d'emplois en 2011.

Au total, les effectifs sont en baisse de 1,7%, avec 610 085 personnes, contre 620 947, en 2010. Et ce, tous formats confondus. Les hypermarchés enregistrent une baisse de 2,6% et les supermarchés de 2,4%. « Le commerce a toujours joué le rôle d'amortisseur, mais ce n'est pas infini face à une crise qui dure », souligne Renaud Giroudet, chargé des affaires sociales à la FCD.

Les chiffres

  • 9,1 ans d'ancienneté moyenne
  • 10 440 contrats de professionnalisation conclus en 2011, dont 60% pour les femmes et 82% pour les moins de 26 ans
  • Une population peu qualifiée : 85% des salariés sont des employés ou des ouvriers
  • La proportion de femmes parmi les cadres est de 31,8% (29 % en 2010)
  • 38,8 ans, l'âge moyen dans la grande distribution 88% des effectifs sont en CDI

Source chifres : FCD

Crédit d'impôt et coût du travail

Dans la balance, toujours, l'augmentation du coût du travail qui pourrait peser sur la création d'emplois, selon le lobby de la grande distribution. Le changement en 2011 du mode de calcul des allégements de charges sur les bas salaires a grevé le coût du travail du secteur de 400 millions d'euros, selon les calculs de la FCD. « Les politiques ont toujours dans l'idée que, les emplois du commerce n'étant pas délocalisables, il n'y a pas besoin d'alléger le coût du travail », poursuit Renaud Giroudet.

En guise de consolation, le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (Cice). Adopté par la Commission des finances le 28 novembre, il concerne tous les salaires compris entre une fois et 2,5 fois le Smic et aura forcément un impact positif sur le coût du travail. Applicable dès le 1er janvier 2013, ce crédit équivaut à 4% de la masse salariale la première année et à 6% la deuxième année.

L'état des lieux social de la FCD montre également quelques évolutions de fond qui tendraient presque à « normaliser » un secteur jusqu'ici jeune, féminin, peu qualifié et avec une forte proportion de temps partiel. Justement, la part de ce dernier a baissé de manière spectaculaire en un an, passant de 35 à 27% entre 2010 et 2011, tout en restant essentiellement féminin (il concerne 41% des femmes, pour 8% des hommes). Une diminution à tempérer par le changement de périmètre étudié, le hard-discount n'étant pas pris en compte dans les données de 2011.

 

Polyactivité des salariés

Il n'empêche, les enseignes sont de plus en plus nombreuses à encourager la polyactivité de leurs salariés, ce qui a pour conséquence directe de faire baisser la proportion de temps partiel. Simply Market, par exemple, arrive à un seuil de 20% quand d'autres, à l'instar de Monoprix, frôlent toujours les 30%. « Nous nous approchons d'un palier, complète Renaud Giroudet. Il sera difficile de passer en dessous de 25% dans un secteur qui a besoin de souplesse. » Idem pour les contrats à durée déterminée, qui représenteront toujours autour de 10% des contrats signés (9% en 2011). Difficile, en effet, de passer en dessous de la barre des 10% dans un secteur de main-d'oeuvre comme le commerce.

Dans le même temps, si le secteur est toujours aussi jeune, avec une moyenne d'âge de 38,8 ans, qui augmente cependant de cinq mois en un an, il commence à vieillir ! Le nombre de départs à la retraite augmente de 25 à 30% chaque année, l'effectif des personnes âgées de 60 ans et plus a doublé, passant de 1 à 2% entre 2010 et 2011, pendant que la tranche des moins de 26 ans a encore perdu 2 points entre 2010 et 2011, tombant de 15 à 13%.

Enfin, contrairement aux idées reçues, l'ancienneté moyenne a augmenté, passant de 8,9 ans à 9,1 ans, en deux ans, confirmant ainsi que le turnover se réduit tout doucement. La raison tient aussi à la crise, qui n'encourage guère la mobilité. Résultat, beaucoup de salariés affichent de longues années de « boutique ». La moitié d'entre eux sont dans la même entreprise depuis plus de dix ans, et un quart depuis plus de vingt ans.

MOINS DE CRÉATIONS D'EMPLOIS

Pour la première fois depuis longtemps, le secteur de la distribution alimentaire a vu ses effectifs baisser de 1,7%, en 2011. Les hypermarchés paient le plus lourd tribut avec une chute de 2,6%.

MOINS DE JEUNES, DAVANTAGE DE PLUS DE 60 ANS

Bon an mal an, la pyramide des âges de la distribution se modifie. Le nombre de départs à la retraite augmentant de 25 à 30% chaque année, les 60 ans et plus représentent 2% des effectifs en 2011 (contre 1% en 2010) et les 55-59 ans, 8 % des effectifs, soit 1 point de plus qu'en 2010.

LE TEMPS PARTIEL, POUR LES FEMMES

La bonne nouvelle, c'est que le temps partiel est passé de 32% à 27% en deux ans (hors hard-discount, mais avec les entrepôts et grossistes, pour qui le temps partiel représente 3% des effectifs). La mauvaise, c'est que les femmes sont toujours sur-représentées parmi les salariés qui ne sont pas à temps complet.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2254

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA