L'empreinte écologique

|

EDITORIALLa crédibilité environnementale des marques reste à construire.

Edito_Henri_Loizeau

En matière d'environnement et de développement durable, il y aura assurément un « avant » et un « après » Grenelle. Et 2007 - servie par un double prix Nobel attribué à Al Gore et au Groupement d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec)- pourrait bien apparaître sans tarder comme une année charnière, celle où la réalité des problèmes environnementaux se sera imposée à tous.

Le pas est, certes, important, mais il ne suffit pas seulement de se sentir concernés. Les microinitiatives, respectables, ne sont rien au regard des enjeux qui pèsent, et pour beaucoup à notre porte, sur l'avenir de la planète. L'espoir porté par le Grenelle de l'environnement repose sur sa capacité à engager une véritable politique de rupture.

Galvaudée depuis quelques mois, la « rupture » devrait, ici, retrouver toute sa valeur. Inciter aux comportements vertueux ne se fera pas sans mesures coercitives. Nicolas Sarkozy, appelé à arbitrer parmi les relevés de conclusions proposées par les acteurs du « Grenelle » pour les traduire en autant de plans d'action soumis au Parlement, a une obligation de résultat. Celle-ci devra s'affranchir de l'amicale pression exercée par tous les lobbies à l'affût, y compris au sein même de sa majorité.

Qu'elles débattent, ou s'affrontent, sur telle ou telle mesure à venir, les entreprises savent, quant à elles, tenir là une opportunité sans précédent pour répondre à la demande croissante des consommateurs. La dispersion des initiatives prises ces toutes dernières années, tant par les industriels que par les distributeurs, ne peut tenir de politique à la hauteur des enjeux.

De même qu'elles ne répondent que très partiellement à l'attente de clients aujourd'hui très majoritairement disposés à privilégier un produit écologiquement correct. Pour les marques, c'est tout l'enjeu de leur crédibilité environnementale qui est désormais posé. Or, cette crédibilité reste à construire. LSA accompagnera désormais les industriels et les distributeurs dans leurs réflexions, et nourrira le débat en élargissant, régulièrement, son offre éditoriale.

« Le développement durable : nouvel élément de différenciation ? »
sera d'ailleurs au coeur de la matinée-débat à laquelle votre hebdomadaire vous invite le jeudi 6 décembre à l'hôtel Méridien-Montparnasse, à Paris.

Henri Loizeau, directeur de la rédaction
hloizeau@lsa.fr
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA