L’épicerie fine toujours plus attractive [étude]

|

L’épicerie fine a de belles perspectives, révèle une étude Xerfi de Loïc Moisan publiée sous le titre : « La distribution d’épicerie fine – Prévisions 2016 et perspectives à moyen terme : paysage concurrentiel et axes de développement des opérateurs »

Chocolat, foie gras...le marché de l'épicerie fine attire toujours plus d'acteurs
Chocolat, foie gras...le marché de l'épicerie fine attire toujours plus d'acteurs© winston - Fotolia.com

Le contexte continue à être favorable à l’épanouissement du marché de l’épicerie fine. En plus de l’intérêt grandissant des Français pour le « bien manger », la gastronomie et le terroir, la reprise de la croissance dès 2015 stimulera le secteur. Ainsi, les entreprises du panel Xerfi (sociétés non rattachées à une enseigne nationale) verront leur chiffre d’affaires progresser de 1,5% en 2015 puis de 2% en 2016 alors que les ventes en volumes resteront  sous tension. Certaines familles de produits garderont leur attractivité comme les aliments « festifs » (foie gras, caviar, confiseries, chocolats…) alors que d’autres pâtiront des mesures de prévention publiques et des préoccupations sanitaires des Français (saumon de Norvège, vins et spiritueux…). Malgré des perspectives encourageantes, les opérateurs cèderont encore du terrain aux pure players et surtout aux grandes surfaces alimentaires (GSA). Les enseignes se livrent en effet une guerre des prix sans merci grâce aux alliances entre centrales d’achats d’hypers et de supermarchés. Aujourd’hui, les GSA représentent entre 80% et 85% des ventes en valeur de saumon fumé et de foie gras, à la fois sous des marques nationales (Delpeyrat, Labeyrie…) et sous leurs MDD qualitatives (Casino Délices, Monoprix Gourmet…). Le hard discount alimentaire se lance aussi dans l’épicerie fine, à l’image de Leader Price avec la marque Sélection de Nos Régions de Casino.

Montée en gamme et extension du réseau

Pour lutter contre la banalisation de leur offre, les épiceries fines jouent la carte de la « premiumisation » et de l’innovation. Ainsi, les grands réseaux rénovent leur concept de magasins, à l’instar du Lafayette Gourmet du boulevard Haussmann à Paris en 2014. Les enseignes ont pour but de monter en gamme, mais aussi de susciter la curiosité des consommateurs et de stimuler les « achats plaisir ». Un autre axe de développement est l’ouverture de restaurants à l’intérieur des magasins physiques, à l’image de celui d’Hédiard qui doit voir le jour en 2015. Enfin, d’autres réseaux se concentrent sur la création d’un univers spécifique autour de leur offre très large sur une famille d’articles (forte dimension conseil, « club »…). C’est le cas de Kusmi Tea ou de Nespresso par exemple. Les enseignes nationales spécialisées cherchent également à étendre leur parc de magasins, principalement en recrutant des franchisés. Cela leur permet d’accroître les ventes, d’améliorer la visibilité des marques en province pour conquérir un nouveau public et d’augmenter le pouvoir de négociation des centrales d’achats des enseignes. L’extension des épiceries fines peut aussi se faire via des partenariats avec d’autres circuits de distribution, comme Dalloyau et les Galeries Lafayette en 2014.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter