Marchés

L'épicerie sucrée toujours moteur

|

C'est l'une des locomotives des PGC ! L'épicerie sucrée affiche toujours une belle santé, confirmant son statut de petits plaisirs du quotidien. Il en va ainsi de la catégorie des biscuits et plus spécifiquement des cookies, qui font un bond de 21,5% en valeur et de 12,2% en

12,88 Mrds €

Le chiffre d'affaires de l'épicerie sucrée en CAM au 25/08/2013 + 2,4% L'évolution en valeur

volume, portés par une offre de plus en plus pléthorique et de plus en plus chère sans que cela arrête les consommateurs, bien au contraire. Autre star du rayon, les dosettes de café, emmenées par une concurrence de plus en plus vive et un assortiment de plus en plus large, frôlent à nouveau une croissance à deux chiffres alors que dans le même temps le café torréfié est en chute de 4,5% en valeur.

Dans ce contexte plutôt positif, petite ombre au tableau : la confiserie. Si les Français sont toujours aussi friands de bonbons et de sucettes, les chewing-gums eux continuent de plonger de 6,8% en valeur, délaissés par les consommateurs peu enclins en ce moment aux achats d'impulsion et hypersensibles aux prix.

Au global, l'épicerie se porte bien si on la compare au total alimentaire. Ce dynamisme est surtout à mettre au profit de l'épicerie sucrée qui, contrairement à l'épicerie salée, voit son fond de rayon contribuer aux gains de chiffre d'affaires. A noter aussi que la MDD est moins dynamique que la marque nationale au total épicerie mais elle progresse autant en épicerie salée qu'en sucrée.

GRÉGORY THERON, consultant IRI

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter