Marchés

L’épizootie de grippe aviaire est terminée

C’est officiel. Par un arrêté publié au journal officiel vendredi 5 mai 2017 et abaissant le niveau de risque épizootique à négligeable pour l’ensemble du territoire de la France métropolitaine, le gouvernement français a décrété la fin de l’épizootie de grippe aviaire.

CANARDS
CANARDS© : #100796908 | Auteur : alco81

Une nouvelle étape vient d’être franchie pour les professionnels de la filière du foie gras. Par un arrêté publié au journal officiel vendredi 5 mai 2017 et abaissant le niveau de risque épizootique à négligeable pour l’ensemble du territoire de la France métropolitaine, le gouvernement français a en effet mis officiellement fin à l’épizootie de grippe aviaire qui s’était déclarée fin novembre 2016 et a touché près de 55% de la filière.

Redémarrage de la production attendue pour la mi septembre 2017

De quoi y voir un peu plus clair pour les industriels du foie gras. Le retour des canards et des oies dans les élevages est en effet programmé  pour le 29 mai 2017. Compte tenu du cycle d’élevage qui s’étend sur une période de trois mois, les exploitations spécialisées dans l’engraissement des animaux ne pourront reprendre leur activité qu’à la fin du mois d’août. En bout de chaine, les entreprises de transformation devront donc attendre la mi-septembre pour remettre en route leurs ateliers.

Une fin d'année sous haute tension

Dans le cas de la précédente épizootie d’influenza aviaire qui s’était déclarée fin novembre 2015, les  sites de production du sud-Ouest de la France avaient pu, après une période de vide sanitaire imposée,  redémarrer leur activité à la mi-août 2016, soit un mois plus tôt. La fin d’année, période au cours de laquelle 70% du chiffre d’affaires du foie gras sont réalisés, risque donc d’être compliquée.

Parmi les difficultés qui attendent les professionnels, l’obligation  faite de confiner les animaux à l’intérieur de bâtiments pour les élevages de plus de 3200 palmipèdes en cas de passage à un niveau de risque élevé. Inscrite dans « le pacte de lutte contre l’influenza aviaire et de relance de la filière palmipède à foie gras »  conclu entre le ministère de l’agriculture et les professionnels de la filière, cette mesure n’est pas forcément facile à mettre en œuvre : « les professionnels vont poursuivre la recherche de solutions techniques permettant l’application de cette décision gouvernementale », indique le comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras.  

Dans ce contexte d’incertitudes, les professionnels espèrent surtout que la France pourra retrouver un statut sanitaire indemne, condition indispensable de la réouverture des frontières pour les exportations vers les marchés étrangers. A cet effet, un plan de surveillance épidémiologique des élevages  est programmé jusqu’au mois de mars 2018 et mené par les autorités sanitaires françaises.  

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter