L’export, la nouvelle stratégie de Paysan Breton face à la fin des quotas laitiers

|

En avril 2015, les éleveurs laitiers européens vont sortir du système de production encadrée depuis 30 ans. Paysan Breton (Laïta) mise sur un nouveau projet pour assurer une valorisation du lait à ses producteurs et axe sa stratégie sur l’export.

Paysan Breton table sur une hausse des exportations de 30 % à horizon 3 ans
Paysan Breton table sur une hausse des exportations de 30 % à horizon 3 ans

Pour faire face à sa sortie des quotas laitiers prévue en avril 2015, Paysan Breton (Laïta) a lancé en 2009 un projet avec ses 7 000 éleveurs. Objectif : bâtir un nouvel avenir et leur assurer une juste rémunération. "Nous allons devoir faire face à un marché avec un prix des matières premières de plus en plus volatile. Il faut donc miser sur des valeurs fortes comme les produits à marque et miser sur le qualitatif", confie Dominique Chargé, président de Laïta, qui réalise un chiffre d’affaires de 1,2 milliard d’euros, et président de la Fédération Nationale des Coopératives Laitières (FNCL).

Concrètement, la coopérative a décidé de proposer à ses éleveurs d’augmenter, pour ceux qui le souhaitent, leur production et table sur une hausse de 15 % en volume d’ici 5 ans. Une progression des volumes qui permettrait entre autres à Paysan Breton de se tailler une place à l’export. "Aujourd’hui, l’export des produits Paysan Breton (PGC et ingrédients secs) représente 35 % du chiffre d’affaires de Laïta (7 500 tonnes), et nous comptons accélérer notre développement, surtout en Chine. En effet, les produits français jouissent d’une excellente notoriété à l’étranger dû à un niveau de qualité très élevé", confie Eric d’Humières, directeur commercial export produits de grande consommation chez Laïta.

Bai Chang en Chine

D’ailleurs, depuis le 1er janvier 2015, la marque est présente dans deux enseignes chinoises : OLE et Auchan. "Et nous sommes en discussion avec d’autres distributeurs chinois", ajoute Eric d’Humières. Paysan Breton a même traduit son nom en chinois : les linéaires référencent désormais les produits "Bai Shang". Dans sa stratégie internationale, Paysan Breton veut développer des produits spécifiquement dédiés à ces nouveaux marchés. En effet, jusqu’à présent les produits exportés étaient similaires à ceux distribués en France. Avec ces nouveaux relais, Paysan Breton compte augmenter son chiffre à l’export de 30 % d’ici 3 ans en s’appuyant sur un renfort de ses structures et l’élargissement de ses gammes de produits.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations