Marchés

L'heure de la relève a sonné pour Staples

Quinze ans après avoir ouvert le premier supermarché d'articles de bureau, Thomas Stemberg passe le relais à son second, Ronald Sargent. Le fondateur de Staples, âgé de 52 ans, a écrit l'une des plus belles success-stories de la distribution américaine : 11 milliards de dollars, 1 300 magasins et 50 000 employés. Il déléguera ses fonctions de PDG à l'actuel directeur général, le 3 février 2002, mais il restera à la tête du conseil d'administration.

Ronald Sargent, entré chez Staples en 1989, hérite à 46 ans d'un mastodonte en quête d'une nouvelle identité. Les belles années sont derrière lui pour cause de saturation du marché, d'âpreté de la concurrence et de ralentissement de l'économie. En 15 ans, les trois « category killers » du matériel de bureau ont ouvert plus de 3 000 magasins aux Etats-Unis. Depuis un an, leurs ventes à périmètre comparable et leurs bénéfices déclinent.

Les concurrents, Office Depot et Office Max, ont fermé plusieurs dizaines de magasins, et Staples a dû ralentir son rythme d'ouvertures.

Les analystes estiment que le nouveau patron de Staples est mieux placé que son prédécesseur pour gérer la nouvelle phase de croissance. Ronald Sargent est l'un des principaux artisans de Staples Direct, qui regroupe les ventes par catalogue et sur Internet (23 % des ventes et 30 % des bénéfices). Si les ventes de Staples.com restent inférieures à celles d'Officedepot.com, elles sont toutefois en pleine expansion et le site vient de sortir du rouge.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter