L'huile de la discorde sur les pâtes à tartiner

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

On aura rarement autant parlé de l'huile de palme que cette année. Et donc de Nutella, embarqué dans la polémique, par un amendement envisageant de taxer de 300% ladite huile. De quoi, depuis la noisette jusqu'à cette huile, revenir sur les secrets d'une recette.

85% La part de marché de Nutella, sur le marché des pâtes à tartiner en France

Source : estimation LSA

Il y a quelques années encore, le seul débat concernant les pâtes à tartiner - et donc Nutella, qui s'arroge un bon 85% de part de marché sur cette catégorie - était de savoir d'où pouvaient bien provenir les fameuses noisettes utilisées dans la recette. C'était une époque fabuleuse, où Ferrero, l'heureux propriétaire de Nutella, pouvait encore s'amuser à jouer au petit cachottier, entretenant ainsi savamment le mystère. D'aucuns allaient jusqu'à avancer que les noisettes de Nutella étaient d'une variété spéciale, exclusivement produite pour Ferrero, qui en achetait la totalité de la production. Une sorte de société secrète de la noisette...

Orangs-outans en péril

Du pain bénit pour Ferrero qui, satisfait de ce buzz gentillet, se contentait, muet, de transformer la pâte à tartiner en or... Et pas qu'un peu d'ailleurs. Il se vend chaque année pour environ 300 millions d'euros de pots de Nutella en France. C'est beaucoup mais, et c'est assez nouveau, le groupe italien s'attend, pour 2013, à une croissance de ses ventes de Nutella en recul. La progression, cette année, ne devrait en effet pas dépasser 5%... Un chiffre qui en ferait rêver plus d'un par ces temps difficiles, mais qui, pour Ferrero, s'apparenterait presque à une contre-performance : les ventes, en 2012, avaient crû de 7,5%.

  • 20% La proportion d'huile de palme dans un pot de Nutella. Elle sert à garantir l'onctuosité du produit.
  • 13 000 tonnes La quantité de noisettes, essentiellement turques, utilisées dans l'usine française de Villers-Écalles (Seine-Maritime), où sont conçus les pots de Nutella.
  • 800 000 Le nombre de pots de Nutella sortant chaque jour de l'usine normande de Ferrero.

    Sources : Ferrero/Nutella

La faute à l'huile de palme, ingrédient clé de la recette. Ce que les défenseurs des orangs-outans ne sont pas parvenus à faire, criant en effet dans le vide depuis des années, les responsables de la sécurité sanitaire - et donc humaine -, y sont, eux, presque arrivés. Faire tanguer sur ses bases le tout-puissant Nutella.

Mais les orangs-outans, d'abord. Et ses défenseurs, surtout. Ce singe aux reflets roux, vivant dans les forêts de Bornéo et Sumatra, en Indonésie, est victime de la déforestation massive. Et, donc, de la destruction de son habitat naturel. La survie même de l'espèce est menacée. Et certains accusent, depuis des années, la culture d'huile de palme d'en être la première responsable.

Ensuite, la sécurité sanitaire. L'Anses, Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail, dans un avis rendu en 2010, met en garde contre la consommation excessive d'acides gras saturés, remettant en cause directement l'huile de palme. Et, le 7 novembre 2012, un projet de loi émanant du Sénat, vite requalifié « amendement Nutella », propose d'augmenter de 300% la fiscalité sur l'huile de palme...

En clair, s'il avait été adopté, cela aurait été la catastrophe pour Nutella, qui aurait vu son prix de vente faire un grand bond en avant... Las, heureusement pour Nutella - et les autres utilisateurs d'huile de palme (présente dans les biscuits, les viennoiseries ou encore la mayonnaise) - , le projet a vite été retiré.

LES SUJETS DE LA POLÉMIQUE

  • Haro sur l'huile de palme, mauvaise pour les orangs-outans (via la déforestation due à la culture de l'huile de palme) et mauvaise pour la santé (trop d'acide gras saturés) : beaucoup pour une seule huile, pourtant utilisée à hauteur de 20% dans la composition des pâtes à tartiner
  • Un projet de loi, vite retiré, émanant du Sénat entendait taxer l'huile de palme à hauteur de 300% en novembre 2012
  • La marque Nutella, sans rien modifier de sa recette, décide de ne plus s'approvisionner qu'en huile de palme certifiée 100% durable, à compter de mars 2013

Bataille entre distributeurs

Mais la brèche était ouverte. Et la bataille des pâtes à tartiner officiellement engagée. Casino montait ainsi au front en lançant sa pâte à tartiner MDD, garantie sans huile de palme. Plus audacieux encore, l'enseigne s'attaquait directement à Nutella, dans une publicité comparative assez ahurissante. Quant à Système U, il se faisait attraper, les doigts pris dans le pot de pâte à tartiner... En cause, une publicité un brin hâtive, publiée en décembre dernier, annonçant que « la culture intensive d'huile de palme détruit les forêts tropicales, augmente les gaz à effet de serre et menace les espèces protégées ». C'était vite oublier que l'huile de palme est aussi cultivée en Côte d'Ivoire notamment, dans des zones sans forêt et sans orang-outan. C'était aussi avancer sans guère de « fondement scientifique », ainsi qu'en jugea le tribunal de commerce de Paris, demandant le retrait de la publicité. Système U, penaud, admit « une erreur de forme », par la voix de son porte-parole, et s'en alla retirer sa campagne.

Publicité agressive

En plein débat sur l’huile de palme, à l’automne 2012, Casino profitait d’une ouverture pour s’attaquer frontalement au tout-puissant Nutella. Une publicité maligne, mais qui n’a pas vraiment faire rire du côté de Ferrero.

Pas de quoi, dans ces deux cas, forcément malmener la domination de Nutella. Mais il n'empêche. La marque, associée malgré tout à cette histoire d'huile de palme, a dû s'employer, elle aussi, pour retrouver les faveurs des consommateurs.

Mais pas question pour autant de modifier la recette, surtout pas ! « On s'attaque à un produit fabriqué en France depuis cinquante ans qui est l'un des préférés des Français. Les répercussions sont catastrophiques alors que les arguments avancés sont injustes », martèle Frédéric Thil, le directeur général de Ferrero France.

Noisettes turques

La réponse de Nutella consiste donc, depuis ce mois de mars 2013, à ne plus utiliser désormais que de l'huile de palme 100% « certifiée durable ». Comme quoi la polémique aura eu au moins un avantage : on peut dorénavant être serein pour nos amis orangs-outans. Pour son tour de taille, c'est une autre histoire. Pour cela, tout est affaire de modération.

Moins cher

Système U y est allé de son petit couplet aussi. Mais sans jamais citer nommément Nutella. Il s’agit juste, pour U, de faire une place à sa MDD au soleil du marché de la pâte à tartiner. Avec, MDD oblige, l’argument du prix comme première arme.

Et, autre mérite de l'histoire, celle d'avoir obligé Nutella à s'ouvrir davantage. Une rubrique « Parlons-en » a en effet été créée sur son site internet. On y apprend ainsi que les noisettes utilisées, loin d'être d'une variété connue du seul groupe Ferrero, sont en réalité tout ce qu'il y a de plus banal : elles viennent de Turquie, l'un des plus importants producteur mondial, et sont juste choisies avec soin parmi les plus belles et les plus saines. Tant pis pour les amateurs de la théorie du secret.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° HSEPICERIE2013

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA