L'Ilec satisfait des effets concurrentiels de la LME

|

L'Ilec (Institut de liaison et d'études des industries de consommation), qui représente les industriels de la grande consommation, vient de publier une analyse des effets de la loi Chatel et de la LME sur l'intensité concurrentielle entre enseignes sur les 140 plus grandes marques nationales. Les chiffres font apparaître une évolution des écarts entre l'enseigne la moins chère, et l'enseigne la plus chère : la différence s'établissait à 5,7 % en janvier 2006, et vient d'atteindre 12,7 % en avril 2009. "Il était important, juste avant l'été, de faire un point sur les effets de ces lois sur les prix, indique Olivier Desforges, président du lobby. Il est très clair que la mécanique a marché, l'intensité concurrentielle entre les enseignes joue en faveur des consommateurs". Il considère que la LME joue son rôle de simplificateur des contrats, mais que les comportements des professionnels restent encore à évoluer "vers la construction de plans d'affaires pour relancer les ventes et la croissance". C'est la base de notre métier que d'élaborer ces plans. Le patron de Carrefour, Lars Olofson, vient lui-même de le dire à Barcelone, le plan d'affaires chez Carrefour va devenir un axe fondamental".

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter