L'image du spa inspire la beauté

|

DossierL'univers du spa continue sa percée dans les gammes cosmétiques. Mais la profession tente d'encadrer ce domaine, parfois trop éloigné de sa spécificité.

Comme pour l'encens, Cinq Mõndes propose des CD de musiques relaxantes différentes selon le soin reçu.
Comme pour l'encens, Cinq Mõndes propose des CD de musiques relaxantes différentes selon le soin reçu.© DR

Le spa fait rêver. Quintessence du bien-être, il réunit toutes les conditions propices à l'épanouissement de soi. Du massage à la musique, des senteurs aux décors, tous les sens s'éveillent dans une atmosphère de relaxation. De nos jours, le spa correspond à une coupure de la vie quotidienne, rapide et stressante. Il définit un lieu paisible où le seul temps qui compte est celui que l'on prend pour soi. C'est pourquoi, il attire. En hygiène-beauté, les produits estampillés « spa » se multiplient, en référence à tout l'univers auquel il renvoie : la beauté et le bien-être, pimentés d'une notion de luxe. Mais est-ce bien là sa véritable vocation ? « Il faut clairement séparer le spa de la notion de simple cocooning », rappelle Pascale Brousse, prospectrice à l'agence TrendSourcing, qui a effectué une étude mondiale sur ce concept. La détente, oui, mais au-delà des simples « papouilles ».

 

Un voyage intérieur

« L'intention d'un massage ne se limite pas au bien-être ni au plaisir de la personne, mais à son équilibre », recadre Galya Ortega, vice-présidente de la fédération Spa-A des professionnels du bien-être. Spa-A oeuvre depuis plusieurs années à définir un cadre conventionnel autour du métier du spa. « Nous avons créé, en 2010, une charte de qualité et défini un label pour les centres qui auditent leurs établissements selon ses principes », expose la spécialiste française. L'accueil, les soins, les produits : la gestion d'un spa ne s'invente pas.

Plus que le plaisir, il vise avant tout l'harmonie entre le corps et l'esprit lors d'un moment particulier. « Le soin crée les conditions favorables à l'accalmie du mental, en mettant en place des rituels précis, des gestuelles appropriées », précise-t-elle. Comme le massage Lomi Lomi, originaire d'Hawaï, pour les personnes stressées en quête de paix intérieure. Ou encore la relaxation coréenne pour les personnes fatiguées en manque de concentration. Chaque soin a ses bénéfices spécifiques, ses produits appropriés et ses accessoires adaptés. « Aujourd'hui, le personnel n'est pas forcément formé pour cela », déplore Galya Ortega. Spa-A travaille donc à faire reconnaître le savoir-faire des vrais professionnels.

Car l'univers du spa s'est diffusé très rapidement en créant une opportunité marketing réelle.

 

Des valeurs fortes

Vers la fin des années 80, une nouvelle manière d'appréhender le corps a vu le jour. Le spa constituait un nouveau territoire à explorer. Il répondait à la demande du « se laisser vivre ». « La course au spa dans les hôtels a contribué à l'intensification de la valeur de luxe », raconte Galya Ortega. Les fabricants de cosmétiques ont aussi surfé sur cette vague. Si des produits dérivés des soins ont été lancés par des professionnels, « on trouve aujourd'hui des gammes " spa " qui n'ont de spa que le nom ! », souligne-t-elle. En un mot, c'est tout un univers qui est dépeint. Les soins appellent à la relaxation et incitent à un moment de bien-être. Mais le voyage intérieur, essence du spa, n'est pas garanti...

L'ODORAT, LA SENSATION LA PLUS INCONSCIENTE

Le spa s'évertue à stimuler tous les sens. « De tous, l'odorat est le moins intellectualisé », observe Galya Ortega, vice-présidente de la fédération Spa-A des professionnels du bien-être. Il ne demande pas d'analyse, mais se révèle de lui-même. C'est pourquoi le parfum en bougie, par exemple, est très rattaché au bien-être. Les grandes surfaces l'ont bien compris, et les bougies parfumées progressent de 18 % en 2011 en GMS. Dans le spa, il permet à chaque enseigne de se différencier et d'adapter les senteurs avec la spécificité de leur concept.

UN LABEL « SPA » POUR LES SOINS ?

Huiles de massage, baumes hydratants, crèmes, les soins de spa se vendent principalement à la sortie des cabines. En supplément de leur spécificité, ils ont pour fonction de faire renaître les sensations vécues lors des séances et de favoriser la situation de voyage intérieur que préconisent les soins. Depuis plusieurs années, les produits annotés « spa » se multiplient en grande distribution. Mais ils se rattachent essentiellement à la symbolique relaxante et luxueuse du concept. Or, la spécificité de ces soins est bien réelle, et c'est ce que veut faire entendre la fédération Spa-A des professionnels du bien-être. Même si aucun cadre ne réglemente pour le moment les produits de soins sur l'utilisation du mot, la fédération n'en exclut pas l'idée.

LA MUSIQUE DOIT ÊTRE ADAPTÉE AUX RITUELS

Comme pour l'odorat, la musique en spa est déterminante de l'ambiance que l'on veut donner. Mais encore une fois, il subsiste une réelle différence pour ce qui est de la relaxation. Les clichés, comme les bruits de vent, de mer ou de pluie, sont bien présents et ne correspondent pas avec l'objectif du spa. Les centres diffusent une musique adaptée aux rituels de massage prodigué pour augmenter le potentiel de voyage intérieur. Japonais, taoïstes... les sons relaxants doivent être cohérents avec la gestuelle exercée lors de la relaxation.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2207

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA