L’immobilier de commerces toujours bien campé en 2011 selon Cushman & Wakefield

|

Toujours intéressés par les actifs de commerces, les investisseurs y ont placé pas moins de 3,3 milliards d’euros, ce qui constitue la troisième meilleure performance de la décennie après 2007 et 2010. Tandis que les promoteurs ont créé 348 617 m² neufs en centres commerciaux en 2011, soit 63% de plus que l’année précédente. Et bâti 320 481 m² de parcs d’activités commerciales, en retrait de 33% par rapport aux créations de 2010.

Malgré le climat conjoncturel pessimiste sur lequel s’est bouclée l’année 2011, l’immobilier de commerces affiche un bilan somme toute satisfaisant. C’est ce qui ressort du vaste bilan annuel pour les marchés de l’immobilier du cabinet expert Cushman & Wakefield.

Déjà, les investisseurs « ne lâchent pas le morceau ». Certes, l’essentiel des 16,1 milliards d’euros globalement investis dans les actifs immobiliers en France en 2011 - + 46% ! – concerne prioritairement les bureaux (12 Mrds €) et inclut aussi les actifs industriels (820 M€). Reste qu’avec 3,3 milliards investis dans les commerces, et malgré un recul de 8% par rapport à l’année précédente, 2011 se classe comme troisième meilleure performance de la décennie (après les pics de 2007 et 2010). Du reste, cette baisse procède d’une pénurie de l’offre et non d’un désintérêt des investisseurs pour les actifs de commerces.

Cushman & Wakefield établit aussi une «photographie dynamique » du parc de l’immobilier de commerce en France en 2011. Quantitativement, les PAC (parcs d’activités commerciales) arrivent les premiers avec 1 054 sites totalisant 32 649 166 m², surfaces en croissance de 0,9% (quasi égale au + 1% de l’année précédente). Ensuite les 922 centres commerciaux français cumulent 19 376 511 m² en essor de 1,4% (supérieur au + 1% de 2010). Il faut enfin compter avec le parc des rues commerçantes, soit un recensement de 292 pôles rassemblant pas moins de 138 417 magasins pour un total de 17 565 367 m² stable.

On relève donc une croissance des plus « raisonnables » des deux types d’actifs développés par les promoteurs : PAC et centres commerciaux. L’occasion de bémoliser, une fois de plus, les effets d’annonces de projets qui font crier certains à la surenchère de mètres carrés. Ainsi en 2010, sur les 1 159 263 m² d’ouvertures de PAC annoncées au 1er janvier, seuls 41% ont effectivement ouvert. De même pour les 533 313 m² en projets pour les centres commerciaux, seuls 40% ont vu le jour.

En 2011, les projections elles-mêmes ont été revues à la baisse. Ainsi en PAC, il n’avait été annoncé « que » 798 333 m² ; pour 320 481 m² sortis de terre, soit un taux de concrétisation de l’ordre, encore, de 40%. Mais une baisse de 33% par rapport aux ouvertures de PAC en 2010.

En revanche les chiffres annoncés pour les centres commerciaux étaient légèrement plus réalistes, puisque des 493 990 m² dans les cartons en début d’année 2011, 348 617 m² furent effectivement construits (soit 70%). Ce qui constitue une hausse sensible de 63% par rapport aux ouvertures de 2010.

On devra donc forcément appliquer un « coefficient correcteur » aux ouvertures estimées en ce début 2012 : 934 804 m² de PAC et 533 537 m² de centres commerciaux. «Sur ce total de quelque 1 470 000 m² neufs annoncés, il faut s’attendre à la création effective de 650 000 à 700 000 m² de commerces » établit Christian Dubois, directeur général de Cushman & Wakefield France.
 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations