L'implantation de Carrefour et de Auchan en Inde pourrait être plus difficile que prévue

|

L'Inde est touchée aujourd’hui par une grève des petits commerçants opposés à une réforme permettant l'ouverture du commerce de détail aux géants mondiaux de la grande distribution.

Après un premier report l'an dernier face à la colère des petits commerçants, le Premier ministre, Manmohan Singh, a réintroduit cette réforme la semaine dernière dans le cadre d'une série de mesures visant à stimuler une économie en perte de vitesse.

Devenir actionnaire majoritaire

Selon cette mesure du gouvernement, les groupes étrangers tels que l'américain Walmart, le britannique Tesco et le français Carrefour pourront acquérir jusqu'à 51% du capital des détaillants multi-marques indiens. Le numéro deux mondial, Carrefour, pourrait être effectivement intéressé, mais avait suspendu le commerce de gros en juillet dernier. De son côté, Auchan semble mieux armé ayant déjà noué un partenariat en août dernier avec Max Hypermarket pour développer des franchises d'hypers. Pour se donner une idée de l'état des lieux, Franck Rosenthal, consultant, avait ramené de son voyage à Bombay, un reportage photo.

Les petits commerçants se révoltent

Mais les petits commerçants craignent pour la survie de leurs échoppes face aux multinationales. Plusieurs manifestations sont donc prévues dans la journée à New Delhi et dans d'autres grandes villes. L'organisation regroupant près de 10 000 syndicats indiens, la Confederation of All India Traders (CAIT), a dit s'attendre à ce que la grève soit suivie par 50 millions de personnes. Selon la police, des manifestants bloquaient les voies ferrées mais aussi certaines autoroutes. Les chauffeurs de bus et de poids lourds devaient aussi se mêler à cette grève pour protester contre une hausse de 12% du prix subventionné du gazole. En revanche, la capitale économique de l'Inde, Bombay, n'était pas touchée par ce mouvement, les partis politiques locaux ayant refusé de soutenir la grève.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter