L’imprimante 3D Thingmaker de Mattel : c'est quoi ce nom ?

|

Le défi

Mattel veut participer à la démocratisation de l’imprimante 3 D (lancement à l’automne aux États-Unis et dans la foulée en Europe).

Pourquoi ce choix ?

Thingmaker est un nom qui parlera aux anglophones de plus de 50 ans : dans les années 1960, c’était déjà un jouet Mattel permettant de mouler des figurines. C’est un nom descriptif – machine à fabriquer des choses – donc peu différenciant. Mais la différenciation n’a pas lieu d’être, puisque l’objet est unique pour le moment. L’enjeu est d’imposer la marque par son statut de pionnier. Du reste, le mot thing, « chose », par son caractère indéfini, évoque les possibilités de création infinies. Seul bémol : le « th » anglais, dur à prononcer pour les francophones. En général, les noms très descriptifs rendent plus longue et coûteuse la construction d’une marque forte. Pour Thingmaker, gageons que la force du concept et l’absence temporaire de concurrence feront une grande partie de ce travail.

En partenariat avec l’agence de création de marques

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2407

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message