Marchés

L’inconscient de Danone remonte à la surface

|
Le génie de Danone

Quel est l’inconscient du groupe Danone, ce qui sous-tend son destin ? C’est l’objet d’un livre de Didier Toussaint, « le génie de Danone » (éditions Descartes) qui cherche d’où viennent les valeurs, les stratégies, le management et les objectifs du leader des industries alimentaires. Habituellement, ce type de livre rejoint le placard au bout de trois pages, tant l’exercice est convenu et au bénéfice de l’image de la société analysée, parfois sur commande. Le livre de Didier Toussaint, n’est pas de ceux-là.  L’enquête est réelle, avec des dizaines d’interviews d’anciens cadres dirigeants du groupe, tels Christian Laubie, Philippe Lenain, Francis Gautier. Danone est restée une entreprise rebelle,  comme l’était son fondateur Antoine Riboud, dans son style de management, dans ses valeurs sociétales, dans le choix même des activités stratégiques orientées vers la santé. Toussaint pense que l’inconscient du fondateur, dont l’enfance a été problématique, a déterminé celui de l’entreprise. Que sa propre généalogie la dirige toujours, en quelque sorte. Intéressant. Il manque peut-être à ce livre très axé sur l’histoire du groupe, et celles d’Antoine Riboud et Daniel Carasso, un peu plus d’analyse sur le présent, l’internationalisation, sur l’empreinte consciente ou non de Franck Riboud et de ses équipes. Mais il se lit…

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter