Marchés

L’industrie britannique perd Tate & Lyle, avalé par les Américains

|

Il y avait eu le choc Cadbury, mangé par Kraft. Un coup dur, déjà, pour une industrie britannique mal en point. Voilà maintenant le sucrier Tate & Lyle, vendu à un groupe américain. Le groupe agroalimentaire annonce en effet avoir vendu à son rival American Sugar Refining l'ensemble de ses activités de raffinage de sucre en Europe, pour l’équivalent de 258 millions d'euros. Elles comprennent des raffineries de canne à sucre situées à Londres et Lisbonne, ainsi que l'usine londonienne qui fabrique l'emblématique Golden Syrup, un sirop de sucre roux, et l'ensemble des marques associées. Tate & Lyle, 4,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2009, justifie la vente par la volonté de développer des activités plus lucratives : en l’occurrence, la fabrication d’ingrédients spéciaux aux noms barbares (maltodextrine, polydextrose) qui font le bonheur des industriels de l'alimentation, et celle de faux sucre, portée par la mode des aliments diététiques.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter