Marchés

L'industrie de la charcuterie envoie une "lettre ouverte" au président de la République

|

Une nouvelle fois, le président de la fédération de la charcuterie-traiteur, Robert Volut, intervient par communiqué pour alerter sur la situation des entreprises du secteur via une lettre ouverte au président de la République.

Robert Volut
Robert Volut © DR

La rédaction vous conseille

Robert Volut réclame pour ses adhérents "une augmentation immédiate des prix des fabricants de charcuterie tenant compte de la flambée des pièces de viandes", que la grande distribution leur refuserait, "une clause de révision de prix dans nos contrats avec la GMS applicable lors de fortes augmentations des coûts de production", et enfin "que la loi soit appliquée et que vous donniez à votre Gouvernement et Administration les instructions, les textes et les moyens de la faire appliquer".

Multiples causes

Dans un précédent communiqué, la FICT faisait état d'une envolée du prix des pièces de porc de 18 à 24 %, lesquelles entrent pour 50 % du coût de fabrication des produits. La flambée des cours du porc a lieu partout en Europe, en raison de la mise au normes des porcheries obligatoire à partir du 1er janvier prochain, qui contraint certains producteurs à cesser leur activité, réduisant ainsi l'offre, et d'autre part à l'envolée des prix de l'aliment évoqué dans le courrier à François Hollande.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter