[Edito] L'intelligence collective

Partager
[Edito] L'intelligence collective

Les distributeurs acceptent trop rarement de se mettre autour d’une table et de travailler ensemble. D’abandonner toutes leurs vieilles querelles pour défendre des valeurs communes. En 2012, tel avait été le cas sous l’égide de Perifem pour fermer des meubles de froid. Soit, à la clé, une baisse de 50 % de la facture énergétique de ces rayons. Certes, il y avait un risque de pertes de chiffre d’affaires. Bien évidemment, des investissements étaient nécessaires. Mais la cause – des économies d’énergie – l’emportait sur tous ces arguments.

Dix ans après, le sujet est toujours le même... mais l’urgence est encore plus pressante. Avec la guerre en Ukraine, l’explosion du coût de l’énergie et des risques de pénurie, les distributeurs ont une nouvelle fois été ­capables de se mettre autour de la table et d’écrire un protocole commun, publié le 18 juillet. Il a été décidé d’éteindre les enseignes lumineuses dès la fermeture du magasin. Mais aussi de systématiser la baisse d’intensité lumineuse. Et donc, avant l’arrivée du public, de diminuer l’éclairage de la surface de vente de 50 %. Et, en présence des clients, de baisser ce même niveau de 30 % sur les périodes critiques de consommation. Même si des esprits chagrins arguent que les distributeurs auraient pu le faire plus tôt, il convient de se réjouir. Car si ces projets antigaspi ont certes un intérêt économique – surtout quand on sait que la facture électrique coûtait, il y a peu, 30 % du résultat net d’un magasin alimentaire (100 000 euros pour un point de vente de 1 000 m²) et que, depuis, les prix ont explosé et pourraient même doubler –, il n’y aura pas de retour en arrière.

Maintenant, la question est de savoir pourquoi s’arrêter en si bon chemin. On peut, par exemple, imaginer qu’en cas de forte tension sur le réseau électrique, tous les magasins, sans exception, s’accordent pour ouvrir plus tard ou fermer plus tôt. Et pourquoi ne pas trouver d’autres terrains d’entente ? Il est ainsi possible de réfléchir « ensemble » sur les contenants réutilisables pour le vrac, histoire de régler la question du tarage et de faciliter la vie des consommateurs tout en évitant la multiplication des contenants. Autre piste : travailler avec les industriels pour élargir la durée des dates de consommation, en passant d’une DLC (date limite de consommation) à une DDM (date de durabilité minimale). Il y a aussi tant à faire dans la supply chain. Avec, par exemple, des plates-formes logistiques communes pour limiter les coûts. Mais également au sujet du transport pour éviter les ­camions qui partent avec un peu de vide et ceux qui rentrent... totalement vides. Ici encore, la mutualisation – surtout pour les livraisons à domicile en centre-ville – ne peut être laissée de côté.

On le voit, il est urgent de définir ce qui est concurrentiel de ce qui ne l’est pas. De travailler à la fois l’intelligence individuelle et la ­réflexion collective, sans attendre des remontrances de l’État et, pire encore, de nouvelles lois plus ou moins bien « ficelées » ou à la facture exorbitante. À l’instar du projet de loi relatif « à l’accélération des énergies renouvelables », qui prévoit d’imposer aux grandes surfaces la couverture de la moitié de la surface de tous leurs parkings par des ombrières photo­voltaïques. Soit un coût de 9 milliards d’euros !

ypuget@lsa.fr @pugetyves

Sujets associés

NEWSLETTER Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS

Tous les événements

Les formations LSA CONSO

Toutes les formations

LES SERVICES DE LSA CONSO

Trouvez les entreprises de la conso qui recrutent des talents

B&M

Directeur de Magasin H/F - France entière

B&M - 10/10/2022 - Franchise - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par
LSA

Les réseaux de Franchises à suivre

MAANOS

MAANOS

Massages bien-être, massages sportifs, massages sur mesure

+ 2600 franchises référencées

Tout voir
Proposé par
Toute la Franchise

ARTICLES LES PLUS LUS