L’intérêt de la relocalisation en jeux et en jouets [Tribune]

|

TRIBUNE D'EXPERTS Bientôt Noël et sa traditionnelle liste de cadeaux. Nul doute qu'une fois encore, les jouets estampillés "made in China" y figureront en bonne place : 80% de l'offre proposée en jouets est fabriquée en Asie. Pourtant, depuis quelques années, une tendance à la relocation en France ou en Europe des productions se développe. C'est également le choix fait par Clementoni qui, depuis 5 ans, a relocalisé une grande partie de sa production dans son usine italienne qui concentre 80% de sa production, dont une partie de ses jouets électroniques premier âge. Gaylor Cornuault, responsable du marketing et du développement de Clementoni France, revient sur cette tendance à la relocalisation et ses multiples intérêts pour les fabricants mais aussi pour les distributeurs et les consommateurs.

Pour Gaylor Cornuault, responsable du marketing et du développement de Clementoni, revient sur les limites de la délocalisation pour des activités aussi saisonnières et réglementées que le jeu et le jouet.
Pour Gaylor Cornuault, responsable du marketing et du développement de Clementoni, revient sur les limites de la délocalisation pour des activités aussi saisonnières et réglementées que le jeu et le jouet.© Clementoni

Avec la guerre des prix qui a sévit dans tous nos domaines de consommation ces dernières années, rares sont encore les entreprises à produire localement et à commercialiser avec succès leurs créations. La quasi-totalité des produits manufacturés que nous consommons aujourd’hui sont en effet siglés « Made in China » (ou tout autre pays offrant des conditions financières alléchantes pour le domaine visé). Pourtant, nous assistons dernièrement  à une tendance à la relocalisation et un retour au bercail du sacro-saint savoir-faire.

La délocalisation et ses limites

La délocalisation permet de tirer les coûts vers le bas et de proposer des produits de plus en plus technologiques à des tarifs maîtrisés et attractifs.

Mais elle a aussi de très nombreux effets négatifs : maîtrise de la qualité compliquée voire aléatoire, gestion logistique lourde, contrôle de l’image de marque (scandale sur les conditions de travail d’un sous-traitant par exemple), etc.

Et lorsque l’on doit faire face à l’hyper-saisonnalité de son marché, comme c’est le cas dans le domaine du jouet (environ 50% du CA généré sur les 3 derniers mois de l’année), les temps de transports rendent absolument impossible d’éventuels réapprovisionnements lorsque qu’un produit remporte un grand succès comme cela arrive tous les ans dans le monde du jouet.

Réapprovisionnement, production, transport (8 à 10 semaines) : voilà bien longtemps que le sapin ne trônera plus au milieu du salon lorsqu’arrivera enfin le jouet tant désiré !

Le « Made in France » à la vente en poupe

Si la relocalisation est possible (ce qui est loin d’être le cas dans tous les domaines d’activités), elle présente alors un double avantage.

Une relocalisation au sein de nos frontières ou, dans une moindre mesure, au sein d’un pays limitrophe permet tout d’abord de réagir aux premières ventes de la saison et d’ajuster la production (presque) au dernier moment. Il est alors possible de ralentir la cadence sur un produit aux résultats décevants et de relancer la production sur le produit phare du début de saison et éviter ainsi une rupture de stock rageante dès le mois de Novembre !

En effet, les rouages de la production sont maîtrisés, la matière première est à proximité ou a été stockée, l’usine a la flexibilité pour s’adapter aux changements de planning et surtout les camions du Père Noël, chargés de produits tout juste fabriqués, sont capables de livrer en un temps record.

Ensuite,  cette relocalisation sera vue d’un très bon œil alors que nous vivons une période de prise de conscience aussi bien écologique que sociétal.

Aujourd’hui, on veut manger local ou bio, voire les deux ! Aujourd’hui, on roule électrique, on essaye de limiter les emballages, on élimine les sacs plastiques, on interdira même bientôt les cotons-tiges (si si !).

Marre du "made in China"

Et le jouet n’échappe pas à la règle. Marre des voitures bleues pour les garçons et des dînettes roses pour les filles et surtout marre du « Made in China ». Vive le « Made in France » et ses produits de qualité. Cela rassure (Bébé peut mâchouiller et baver sur son jouet en toute sécurité) et donne  bonne conscience (l’économie du pays nous remercie).

Les as du marketing n’hésitent donc pas à en abuser, à grands coups de « Made in France » ou « Made in Europe » (après tout nous sommes aussi tous européens), quitte à prendre quelques libertés et à mettre en avant le « Design Made in France » ou la « Création Française » dès lors que le produit a été imaginé en France (mais est bel et bien fabriqué à l’autre bout du monde).

Les sociétés qui ont toujours gardé leurs outils et leurs savoir-faire sur leur territoire d’origine ou qui  ont été en mesure de relocaliser ce qu’elles avaient pu sous-traiter vont donc pouvoir profiter pleinement de ce nouvel attrait pour le produit « bien de chez nous » tout en offrant aux distributeurs une flexibilité et une capacité de réaction qui fera défaut à tous leurs concurrents.

Il suffit désormais de trouver le bon produit et le succès est garanti…L’initiative peut sembler compliquée, voire risquée mais elle offre aussi de belles perspectives d’avenir. Certains se sont déjà lancés et semblent ne pas le regretter !

Clementoni France est la filiale d’une société italienne implantée en France depuis 1997.

Leader sur le marché scientifique, elle est aussi un acteur majeur du premier âge, des jeux éducatifs et des puzzles sur notre territoire.

La maison-mère italienne est implantée en Italie, dans la ville de Recanati qui l’a vue naître et où elle concentre toujours aujourd’hui 80% de sa production en volume, dont une partie de ses jouets électroniques 1er âge.

Gaylor Cornuault a plus de 10 d’années d’expérience dans le marketing et le monde du jouet. Il a intégré la société Clementoni en tant que Responsable Marketing & Développement en 2010

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l'actualité des acteurs et les innovations produits de l'univers des 0-14 ans.

Ne plus voir ce message