L'ISC s'ouvre aux champions en reconversion

|

école - Si le marketing sportif semble un débouché naturel pour les athlètes en fin de carrière, il leur manque souvent un bagage professionnel. Le MBA de l'Institut supérieur du commerce, associé à Sport 2000, les accueille depuis cette année.

Les sportifs de haut niveau en fin de carrière sont des étudiants et des salariés à fort potentiel. Vanter leur détermination et leur esprit de compétition serait une banalité. Michel Desbordes, professeur de marketing sportif à l'Institut supérieur du commerce à Paris (ISC), met en avant d'autres qualités au moins aussi précieuses : « Les anciens sportifs professionnels ont des atouts que les autres étudiants n'ont pas. Au cours de leur carrière, ils se sont constitué un formidable réseau de sportifs, de présidents de clubs et de responsables de marques. »

En décidant d'accueillir cette année pour la première fois deux champions (lire ci-dessous) dans le MBA qu'il a créé en 2006 à l'ISC, Michel Desbordes veut éviter le gâchis. Faute de réelle formation, les anciens professionnels passent souvent à côté de leur reconversion. « Si on les aide à élever leur niveau de compétence, ils peuvent faire un " carton " », s'enthousiasme-t-il. Avant de préciser : « Ils ont souvent des notions de droit du sport ou de sponsoring, pour y avoir été confrontés au cours de leur carrière. Après, il faut les aider à compléter et à assembler les morceaux ».

Sport 2000 a saisi l'intérêt de côtoyer ce vivier. Cette année, l'enseigne a signé un partenariat avec le MBA de l'ISC afin d'y créer un cours de spécialisation aux métiers de la distribution. Elle est imitée par la société Fininfor, qui apporte son expertise dans la gestion de patrimoine, autre secteur porteur dans le riche monde du sport.

Entrepreneurs solvables

C'est bien le réseau des anciens champions qui séduit. « Ce MBA peut nous amener d'anciens sportifs bien formés pour prendre un poste dans notre centrale ou devenir des candidats à la création de points de vente », indique Jean-Paul Onillon, directeur général de Sport 2000. Les vedettes en retraite font parfois de bons patrons de magasin, surtout s'ils s'installent dans leur région d'origine, où ils sont souvent la gloire locale. Enfin, bon nombre d'entre eux ont réuni un capital, ce qui en fait des entrepreneurs solvables.

Depuis le 3 décembre, Sport 2000 accueille en stage Pierre-Louis Bonneau, un basketteur professionnel qui entame sa reconversion (lire entretien). Pendant huit mois, quatre jours par semaine, il assistera les équipes achats et celles qui développent les produits à marque propre de l'enseigne. L'apprenti a déjà quelques bases. En 2005, alors qu'il était encore un pro, il a créé avec quatre associés Five Kings, une marque qui fournit pour 30 000 E par an de tenues de jeu à des clubs amateurs.

L'expérience est censée déboucher sur une embauche, mais rien n'est automatique. L'ISC, Sport 2000, Fininfor et les deux sportifs engagés dans ce cursus feront le bilan en fin d'exercice. S'il est concluant, l'ISC pourrait recruter plus large pour la promotion 2008 : « L'objectif n'est pas de constituer une classe de 25 sportifs de haut niveau, mais d'en accueillir 7 ou 8 par an à terme », envisage Michel Desbordes.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2025

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message