L’offensive Kronenbourg

|

Face au déclin structurel des volumes, les trois grands brasseurs du rayon misent sur l’innovation et la valorisation. Notamment, Brasseries Kronenbourg, qui multiplie les initiatives.

Fin mars, avait lieu à Paris « Planète Bière », le premier événement d’envergure nationale dédié à la « biérologie ». Si les microbrasseries y participaient en grand nombre, les grands brasseurs avaient également répondu présent. Heineken y faisait goûter sa bière de spécialité Affligem ; AB InBev, sa large gamme de Leffe ; et Brasseries Kronenbourg étaient arrivées les bras non moins chargés de quatre marques : Kronenbourg Pur Malt sans alcool, Grimbergen, 1664 et Carlsberg. Le premier brasseur de France en volume, avec ses 700 millions de litres annuels, avait-il besoin de tenir un stand sur ce petit salon qui a attiré 3 000 visiteurs ? Il y a à peine quelques années, la réponse aurait été non. Seulement voilà, le déclin des volumes d’abord annoncé est devenu incontournable. Face à cette évolution, les trois grands brasseurs du marché hexagonal jouent désormais les mêmes cartes, celles de l’innovation et de la valorisation.

976 M €

Le CA de Brasseries Kronenbourgen 2014

Source : Brasseries Kronenbourg

Un changement du tout au tout

Pour deux d’entre eux, Heineken et AB InBev France, le choix est déjà ancien. Pour les Brasseries Kronenbourg, il est nettement plus récent. Et pour cause. Avec un catalogue plus que centré autour de la marque Kronenbourg, symbole d’un cœur de marché déclinant, le brasseur national s’est retrouvé en charge d’un actif beaucoup plus difficile à faire évoluer. Conséquence, au cours de ces dernières années, Heineken a pris le dessus en termes de part de marché en valeur, et le différentiel n’a fait que se creuser avec, aujourd’hui, près de cinq points d’avance. Kronenbourg restant toutefois leader en volume, avec un peu moins d’un point d’avance sur son concurrent néerlandais.

Pour Brasseries Kronenbourg, c’est de 2013 que semble dater la prise du virage. Cette année-là, Marc Vermeulen, ex-Danone et ex-Kraft, fait son retour au sein d’une entreprise qui lui est chère : il y a passé sept ans, entre 1993 et 2000, comme chef des ventes, puis directeur régional. Entretemps, l’entreprise a changé du tout au tout, notamment du fait de la reprise par le danois Carlsberg. Et s’il n’est pas rare que l’arrivée d’un nouveau patron signe le départ du directeur commercial et/ou du directeur marketing, Marc Vermeulen choisit de faire confiance à l’équipe en fonction. En tout cas à Rémy Sharps, directeur commercial, et Olivier Dubost, directeur marketing, qui avaient tous deux rejoint Kronenbourg l’année précédente. Deux directeurs pourtant pas vraiment experts en « biérologie », en provenance de chez Colgate-Palmolive… La nouvelle équipe a pourtant tout remis à plat, en orientant les efforts vers les segments porteurs.

Premier exemple : les bières de spécialités. Grâce à de nouvelles recettes, Grimbergen a été puissamment réactivée (Kriek, Poire, Brassin de Noël, Brassin de printemps). Grâce à de nouveaux formats également (des bouteilles 75 cl notamment). Les résultats ne se sont pas fait attendre. Cette marque de dégustation a augmenté sa part de marché de 0,6 point en 2014, à 2,9% sur le total de la catégorie. « C’est la marque qui a recruté le plus de foyers acheteurs. Grimbergen est désormais numéro deux des bières de dégustation », se félicite-t-on chez Kronenbourg.

Un portefeuille complet

Les marques des Brasseries Kronenbourg par segment du marché de la bière

  • Classiques : Kronenbourg Original
  • Blondes Premium : 1664 et Carlsberg
  • Dégustation : Grimbergen
  • Tendance : Skøll et K by Kronenbourg
  • Sans Alcool : Kronenbourg Pur Malt, 1664 sans alcool, Tourtel Twist

Avec ces neuf marques, la filiale du groupe danois Carlsberg couvre presque tous les segments du marché.

Brasseries Kronenbourg décroche en valeur

Part de marché des principaux acteurs du marché, en volume et en valeur, en %, HM +SM +HD + drives Volume

Sources : Iri; origine : industriels en 2014

 

 

 

 

 

 

 

Des trois grands acteurs du rayon, Kronenbourg est le seul dont la part de marché en volume est supérieure à celle en valeur. Conséquence d’un portefeuille historiquement axé sur l’entrée de gamme avec la marque Kronenbourg.

Stimuler le marché

Ce n’est pas tout. Kronenbourg s’est également intéressée aux jeunes adultes, avec trois nouvelles marques en deux ans. Skøll d’abord, une petite mousse « tendance » aromatisée à la vodka, très visible en rayon et valorisée (environ 3,80 € le pack de trois bouteilles), qui vient jouer sur les terres de la Desperados de Heineken. Dès son lancement, en 2013, Skøll rafle 0,3% du marché en volume et 0,6% en valeur. Sans doute le lancement clé de l’époque… suivie par K by Kronenbourg en 2014. Là encore, une bière pour les jeunes adultes, avec un appel du pied marqué en direction des femmes. Aromatisée aux fruits rouges ou au citron, K se distingue par un packaging très moderne et coloré. Bingo ! En 2014, elle rafle 0,3% des volumes. Enfin, cette année, c’est au tour de Tourtel, une bière sans alcool qui avait connu un beau succès dans les années 80 avec le slogan « On peut en boire jusqu’au bout de la nuit ». Brasseries Kronenbourg a revu la formule en l’aromatisant et en lui choisissant un autre nom de baptême. Tourtel est devenue Tourtel Twist. Une bière qui, parce qu’elle est sans alcool, a le droit de passer à la télévision.

Que nous réserve Kronenbourg pour 2015 ? Il est trop tôt pour le savoir. « Il existe une infinité de combinaisons entre les levures, les malts et les houblons, déclarait Marc Vermeulen en février dernier. Cela nous permet de stimuler le marché. » Une chose est sûre. « Depuis 2013, les contours du rayon ont été complètement redessinés, en grande partie grâce aux initiatives puissantes et… tardives de Brasseries Kronenbourg, conclut un spécialiste du rayon. Attendons quelques mois pour juger de la vraie valeur de toutes ces innovations. »

Trois marques en deux ans…

Pour capter les jeunes

La bière tendance aromatisée à la vodka Skøll cible les jeunes adultes. Les concurrentes : Desperados (Heineken) et Cubanisto (AB InBev).

Pour les amateurs de sans-alcool

Kronenbourg mise sur le sans-alcool avec Tourtel Twist, la première bière sans alcool aromatisée et ne souffre d’aucune concurrence. 

Pour séduire les femmes

Fruitée et peu alcoolisée, avec son packaging pop art, K by Kronenbourg est le parfait exemple de la bière tendance. Pas vraiment de concurrence, si ce n’est Hoegaarden Rosée (AB InBev) et Pelforth Radler (Heineken).

Il faut améliorer l’image de la bière. On ne sait pas assez qu’elle est noble, saine et composée d’ingrédients naturels. Il faut aussi nourrir l’innovation. Ainsi, cette année, nous lançons vingtcinq nouveautés.

 Marc Vermeulen, PDG de Brasseries Kronenbourg

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2370_HS

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous