L’offensive vitale de Spartoo dans le commerce physique

|

L’e-marchand accélère son déploiement de boutiques physiques en France, et s’appuie notamment sur sa connaissance client pour optimiser l’offre proposée en magasins. Question de survie.

Spartoo_visuel magasin .jpg
Spartoo_visuel magasin .jpg©dr

Ouvrir 100 points de vente physiques sous enseigne Spartoo d’ici à 2020, telle est l’ambition revendiquée par l’ex-pure player spécialisé dans la vente de chaussures et de vêtements, qui en a déjà inauguré une dizaine – exploités en propre – cette année. Le choix d’investir le monde physique est une question de survie pour l’entreprise, mais pas uniquement. « Sur du long terme, Spartoo aurait peut-être survécu, mais aurait été ni en croissance durable, ni profitable, explique Boris Saragaglia, PDG de Spartoo. L’environnement concurrentiel est féroce, il faut réussir à créer la différence en suscitant de la préférence de marque. »

Boris Saragaglia mise notamment sur les magasins pour la lui apporter, et sur sa trésorerie pour assurer un déploiement rapide de la jeune marque dans toute la France. « Un point de vente nous coûte environ 250 000 €, et génère un chiffre d’affaires annuel moyen compris entre 500 000 € et 600 000 € par an », pour une surface de vente moyenne de 85 m² et des produits triés sur le volet.

Une offre adaptée à la zone de chalandise

Spartoo compte bien exploiter pleinement l’un de ses points forts d’e-commerçant : les données collectées sur ses clients. « L’Isère est un bon exemple. Nous analysons quelles sont les meilleures ventes du site segment par segment, marque par marque, et adaptons l’assortiment dans la boutique grenobloise en fonction de ces datas », indique Boris Saragaglia.

Agile, Spartoo renouvelle ainsi l’offre en magasins de manière mensuelle, afin de coller au plus près aux attentes de ses clients. Son catalogue est colossal, puisque le site compte 3 000 marques et 250 000 modèles, en intégrant ceux issus de sa place de marché, lancée en début d’année et qui compte déjà plus de 400 marchands partenaires. Aussi, l’enseigne compte bien mettre en avant ses marques propres, une dizaine au total, mais trois sont présentées comme les fers de lance de l’enseigne : BT London, Fericelli et Moony Mood. Imaginées en interne et fabriquées en circuit court, autrement dit sur la zone européenne avec des pays, comme l’Italie, l’Espagne, et le Portugal, elles représenteront à terme, 20% du chiffre d’affaires de l’entreprise. Avec, là encore, une idée fixe : proposer des produits que les concurrents n’auront jamais et marquer encore davantage sa différence.

Toute la panoplie digitale en magasins

Autre élément fort des points de vente Spartoo, ils sont nativement digitalisés. En effet, tous les vendeurs sont équipés de tablette tactile, et un écran géant trône au centre de chaque boutique. L’objectif est clair : permettre aux clients, s’ils le souhaitent, d’accéder à l’intégralité du catalogue produits du site marchand. Aussi, des QR codes fournissent des informations techniques sur les articles, et offrent un regard sur la disponibilité du stock en temps réel. « Ces éléments sont des actifs importants pour changer l’expérience client proposée dans les réseaux de distribution traditionnels », assure le PDG de Spartoo. Aussi, déployé dès le premier jour, le click & collect permet d’ores et déjà aux magasins de s’offrir presque deux jours de chiffre d’affaires supplémentaire par semaine. S’adapter ou mourir, dix ans après avoir vu le jour, Spartoo a choisi. 

Les points de vente Spartoo en chiffres

  • 40 magasins prévus en 2017, 100 en 2020
  • 250 000 € d’investissement moyen par boutique
  • Entre 500 000 et 600 000 € de CA moyen
  • 85 m² de surface de vente moyenne
  • 300 références
  • Jusqu’à deux jours de CA hebdomadaire supplémentaire grâce au click & collect

Source : Spartoo

« Nous analysons quelles sont les meilleures ventes du site par segment, et par marque. Nous adaptons l’assortiment dans la boutique grenobloise en fonction de ces datas.»

Boris Saragaglia, PDG de Spartoo

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2391

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations