L'offre snacking devient plus équilibrée

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

ÉTUDE - Si les consommateurs accordent de moins en moins de temps et d'argent à leur repas du midi, ils ne sont pas prêts, pour autant, à renoncer à leur équilibre nutritionnel. Les industriels et les distributeurs adaptent leur offre.

Une salade, une quiche bio, quelques fruits coupés... Juliette n'a pas de temps à perdre. Elle choisit son repas en un clin d'oeil au rayon traiteur. Une demi-heure plus tard, elle a un rendez-vous important à l'autre bout de la ville. Néanmoins, pas question de faire l'impasse sur son équilibre nutritionnel. Comme Juliette, des millions de Français optent chaque jour pour une pause snacking, moins longue qu'un repas au restaurant, et surtout moins chère.

Un signe qui ne trompe pas, le nombre de repas servis par les restaurants milieu de gamme - dont les additions s'échelonnent de 17 à 27 € - a diminué de 10 % en 2008. « Les Français sont en train de devenir de gros " snackeurs " », confirme Sophie de Raynal, consultante chez Nutrimarketing. Près de un repas sur sept est désormais pris à l'extérieur. Certes, les Français sont encore bien loin des habitudes de consommation des Américains, qui se restaurent une fois sur deux à l'extérieur, ou même des Britanniques, pour lesquels un repas sur trois a lieu hors du domicile. Cependant, selon Bernard Boutboul, directeur de Gira Conseil, cabinet spécialisé dans la consommation alimentaire hors domicile, « il est fort probable que le développement de la consommation hors domicile s'accélère en France, au point de concerner prochainement un repas sur cinq, voire un sur quatre ».

Ce potentiel de développement n'a pas échappé aux distributeurs et aux industriels. Précurseur sur ce marché, Monoprix a mis en place des corners snacking dans la plupart de ses magasins depuis 2005. Depuis novembre 2007, l'enseigne des citadins pressés a passé la vitesse supérieure en ouvrant Daily Monop', un concept entièrement consacré à la restauration rapide. Depuis 2005, 6 magasins ont, depuis, vu le jour, et, en 2009, le développement va s'accélérer, avec deux à cinq ouvertures prévues. Quant à l'enseigne stéphanoise Casino, elle teste actuellement à Paris Chez Jean, un concept de café-épicerie qui fait la part belle au snacking.

Un marché en forte hausse

Du côté des industriels, le dynamisme pousse certains d'entre eux à réorienter une partie de leur activité vers le marché du sandwich, qui a enregistré un chiffre d'affaires de 284,1 millions d'euros en GMS, en hausse de 5,7 % par rapport à 2007. Ainsi, le groupe LDC, numéro un de la volaille, a annoncé, il y a quelques semaines, l'acquisition d'Entracte, filiale du groupe Valentin, traiteur spécialisé sur le marché du sandwich frais. Désormais, LDC détient 30 % du marché du sandwich et prend, derrière Sodeb'o, la deuxième place du segment, au coude-à-coude avec Daunat.

Une chose est sûre, les acteurs de ce marché doivent adapter leur offre à une tendance qui s'affirme de plus en plus nettement : des produits bons pour la santé ! « Les Français mangent de plus en plus dehors, et également de plus en plus vite, mais ils veulent aussi pouvoir se restaurer de façon équilibrée », insiste Sophie de Raynal.

Cette tendance du sain et de l'équilibre sera un thème important du prochain European Sandwich and Snack Show, les 4 et 5 mars au Palais des congrès à Paris. Parmi les conférences proposées, une table ronde intitulée « Sandwichs : dix ans de nutrition et demain... ». « Le marché est en train d'opérer un sacré virage. Nous devons mettre en avant les attributs de nos produits et communiquer plus clairement sur nos engagements nutritionnels », explique Sébastien Chalmeau, chef de produits GMS chez Daunat. L'industriel fabrique lui-même tous ses pains, a supprimé les conservateurs dans la plupart des recettes de pain de mie et met des crudités dans tous ses produits. À partir de mars, la mayonnaise deviendra moins grasse. Daunat veut capitaliser sur ses efforts en s'appuyant notamment sur une nouvelle charte graphique qui apparaîtra sur les produits au printemps.

« Consommation moderne »

Un contexte porteur pour Kambio, petite entreprise implantée dans la Loire qui fête ses 10 ans cette année. Confidentielle au départ, la diffusion de ses salades bio, à la griffe Côté bio, a pris une dimension nationale, avec un référencement des produits chez Casino et Carrefour. « Les valeurs véhiculées par le bio intéressent de plus en plus de consommateurs, mais à condition que les produits aient un usage moderne », explique Frédéric Vignolet, directeur de Kambio. Après les salades présentées en format individuel et en prêt-à-consommer grâce une fourchette incluse dans le couvercle, Côté bio étend sa gamme à une offre de plats cuisinés individuels et de quiches.

De son côté, la licence Weight Watchers, gérée par différents industriels, entend renforcer son offre sur le marché du snacking, avec deux nouvelles recettes de plats cuisinés individuels et deux références de pizzas individuelles concoctées par Marie. Dans le même temps, Daunat, qui exploite la marque pour l'offre sandwich, a revisité trois recettes. Les produits Weight Watchers adopteront une nouvelle charte graphique à partir du mois d'avril. « Nous voulons sortir de notre image très stricte de produits de régime. Les références développées sont des promesses de plaisir et d'équilibre qui s'adressent à tous et qui s'inscrivent, surtout, dans une consommation moderne », insiste Christel Delasson, directrice des licences Weight Watchers et des produits pour la France et l'Italie.

Autre signe important, dans un marché des plats cuisinés individuels à la baisse, Weight Watchers a vu sa part de marché en valeur croître de 32 % (CAM à fin octobre 2008). « Nous ne sommes pas affectés par la déconsommation qui touche le marché, car il n'existe pas d'offres alternatives pour ceux qui veulent manger équilibré », s'enthousiasme Marie-Hélène Abry, chef de groupe plats cuisinés frais chez Marie groupe Uniq. Avec une part de marché en valeur de 5 %, le potentiel de développement de la marque Weight Watchers mais aussi d'une offre de produits snacking équilibrés est loin d'être épuisé...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2079

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA