L’opération « fruits et légumes moches » d’Intermarché

|

Le défi

Sensibiliser au gaspillage

Pourquoi ce nom

D’abord, parce qu’il est issu d’un parler populaire ancien, mais toujours d’actualité (cf. le film : « Moi, moche et méchant »). Ensuite, et c’est le plus important, parce que sa « négativité » même en fait la revendication d’une nouvelle attitude de (dé)consommation. Quand le monde devient aussi précaire et que la contrainte budgétaire est permanente, il ne s’agit pas seulement de consommer moins cher, mais de consommer d’une manière radicalement autre. Quel meilleur moyen pour faire comprendre ce grand bouleversement que de revendiquer un mot qui évoque la laideur, la contrainte, la gêne… Être fier de savoir se contenter de peu, c’est le contre-pouvoir des sans-grade rusés et malins face à l’establishment. Avec les « fruits et légumes moches », Intermarché est avec eux.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2322

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous