L’ouverture du dimanche peu exploitée par les enseignes

|

Selon une enquête de la Fédération du commerce associé auprès de 7600 magasins et 20 groupements parmi ses adhérents, l’ouverture du dimanche serait mal acceptée et la loi peu exploitée. Seuls, 25 % des enseignes du commerce associé ouvrent le dimanche dans les zones touristiques depuis la réforme de la loi. La majorité des points de vente n’ouvriraient même pas les cinq dimanches prévus, à 80 % pour des raisons économiques. Les magasins alimentaires et les enseignes textile souhaiteraient toutefois pouvoir ouvrir 8 à 10 dimanches par an. La plupart des enseignes ne veulent pas aller à l’encontre de la politique du maire lorsque celui-ci n’est pas favorable à l’ouverture des commerces le dimanche. Au global, 60 % des dirigeants de magasins restent opposés à l’ouverture du dimanche. Les trois principales raisons sont l’augmentation des frais pour un tiers des répondants, la diminution de la qualité de vie des acheteurs et des vendeurs (25 %). « A l’heure où certains préfets soumettent des agrandissements de zone touristiques sans avoir reçu une demande du maire de la commune concernée, 80 % des adhérents de la FCA rappellent que cette mesure ne doit pas être étendue à l’ensemble du territoire national » indique le communiqué. Récemment, le centre commercial de Thiais à renoncé à l’ouverture dominicale qui était prévue en janvier, tandis que Leroy-Merlin a signé des accords avec les salariés sur le sujet.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres