Marchés

La baisse se poursuit, alimentée par les marques

|
Évolution mensuelle des prix, par types de marque, en hypermarchés, supers et hard-discount, depuis nov. 2012, en %, vs même mois de l’année précédente

La déflation sur les PGC engagée depuis février s'accentue en avril, selon les données exclusives de Nielsen pour LSA. Sans doute faut-il y voir les premiers effets des négociations 2013. Ce sont les marques nationales et les hypers (- 0,7 % tous les deux) qui sont les plus engagés dans ce mouvement de baisse.

Sans surprise, du côté des produits les plus inflationnistes, on trouve les boissons alcoolisées, bières, cidres, vins et champagnes, touchées par les taxes (pour la bière) et de petites récoltes (vins). À l'inverse, les moins inflationnistes se recrutent dans l'hygiène-beauté, mais aussi dans certaines grosses familles comme la panification industrielle et les eaux minérales (- 2,4 %), ainsi que les yaourts et desserts lactés (- 2,2 %).

Les premiers prix à la traîne

Les produits premiers prix (+ 1,5 %) ne suivent pas le mouvement général de baisse des prix, le différentiel atteint plus de 2 points par rapport une inflation moyenne en recul de 0,42 %. Par nature, ils sont plus sensibles aux taxes et répercussions de matière première. Une tendance à mettre en parallèle avec la forte hausse des prix dans le hard-discount (+ 2 %, alors que les supers sont stables et les hypers à - 0,7 %).

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA