La banane française toujours absente des rayons Auchan

|

Désaccord avec Auchan, arguments de vente à mettre en place et nouvelles pistes d'implantations en magasin; le directeur du groupement des producteurs de la banane antillaise, Philippe Ruelle, fait le point pour LSA sur son produit.

Une nouvelle vague de communication débutera début 2015. L'objectif: ancrer dans les esprits que la banane antillaise est un produit bien français
Une nouvelle vague de communication débutera début 2015. L'objectif: ancrer dans les esprits que la banane antillaise est un produit bien français

Philippe Ruelle, directeur de l’UGPban, groupement de producteurs des bananes antillaises, fait le point sur les défis de ce fruit, le deuxième en terme de chiffre d’affaires du rayon fruits et légumes.

Philippe Ruelle, directeur de l'UGPBan

LSA : Vous êtes absents des rayons d’Auchan depuis le mois de juin. Pourquoi ?

Philippe Ruelle : Au mois de juin, Auchan a proposé une offre promotionnelle avec le kilo de banane à 75 centimes. d'euros. L'enseigne a joué le jeu avec nous, car dès que nous avons dit que pas vouloir être associé à cette offre, elle a retiré toutes les affiches concernant notre banane. Mais proposer ce produit à un tel prix pendant près de 4 mois, ça ne sert à rien. C’est là tout l’enjeu de notre désaccord, c’est pour cette raison que nous ne sommes pas dans les magasins Auchan. Notre réaction a eu le mérite de servir d’alarme auprès des autres distributeurs, qui n’ont pas fait d’opérations similaires.

LSA : La banane reste tout de même un produit très banalisé…

P. R. : Oui et c’est tout l’enjeu de notre travail, on veut que les consommateurs prennent conscience de leur acte d’achat quand ils achètent nos bananes antillaises. Car la banane française respectent des valeurs sociales et environnementales, c’est une banane ‘durable’. C’est pourquoi nous sensibilisons le public via nos journées d’animations sur les points de vente. Début 2015, nous allons également avoir une campagne publicitaire plus directe et franchouillarde pour faire passer ce message.

LSA : En magasin, travaillez-vous aussi à faire évoluer l’offre ?

P. R. : Aujourd’hui, presque toutes les enseignes ont une offre bio, cœur de gamme et premiers prix. Nos pistes sont de créer d’autres points de contact où la banane serait présente, nous pensons notamment au rayon snacking ou au rayon exotique.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine les actualités du marketing et de la communication online et offline des marques et des distributeurs.

Ne plus voir ce message