La chasse au gaspillage plébiscitée par les clients

|

L'autorisation de Benoît Hamon, ministre délégué à l'économie sociale et solidaire, de distritbuer les plats préparés contenant de la viande de cheval retirés lors de la découverte d'une fraude, rencontre un écho auprès des clients de la grande distribution.

 Les initiatives de chasse au gaspi - ici, dans l'E.Leclerc de Landerneau (29), celle menée dans des points de vente de l'Ouest par l'association Zéro-gâchis - sont plébiscitées.
Les initiatives de chasse au gaspi - ici, dans l'E.Leclerc de Landerneau (29), celle menée dans des points de vente de l'Ouest par l'association Zéro-gâchis - sont plébiscitées. © DR

Un plébiscite ! L'opinion se montre extrêmement sensible aux initiatives que les magasins qu'ils choisissent pour faire leurs courses mettent en place pour réduire le gaspillage alimentaire : allonger les dates limites de consommation, donner les invendus à des oeuvres humanitaires, limiter le « sur-achat » lors des promotions...

Selon le sondage Ipsos commandité par CaCom pour LSA, 95 % des Français considèrent en effet qu'une telle démarche de la part des magasins est quelque chose d'important, dont 70 % « très » important. Seuls 5 % des 1.000 sondés semblent assez indifférents à la question. Les Français les plus sensibles à cette chasse au gaspillage et qui jugent très importants les efforts des magasins sont les 45-59 ans (75 %), les 70 ans et plus (78 %), et ceux dont le foyer dispose d'un revenu mensuel net inférieur à 1.200 € (77 %), des bas revenus pour qui jeter est sans doute encore plus un crève-coeur.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2262

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA